Politique Société

Yacouba Katilé aux médiateurs : « Lorsqu’on a rien, il est difficile d’arrêter la grève… »

Malgré le ballet de médiateurs à la Bourse de travail pour obtenir la levée du mot d’ordre de grève de 5 jours, Yacouba Katilé, secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) est resté intraitable : « Pas question de lâcher sans un compromis avec les autorités. La  grève se poursuit donc sur toute l’étendue du territoire ».

En grève depuis hier pour 5 jours, les responsables de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) ont reçu, hier lundi,  plusieurs personnalités dans le cadre de médiation pour une suspension de la grève avant la mise en place d’un nouveau gouvernement.

Du côté de la communauté internationale, le bureau de l’UNTM a reçu le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations Unies au Mali ? à la demande du responsable des affaires politiques de la MINUSMA. Ce dernier était accompagné par le représentant de la CEDEAO au Mali, Dr Bolly. Ces personnalités sont venues plaider pour une tolérance de part et d’autre. Elles ont aussi exprimé leurs inquiétudes concernant les conséquences de cette grève sur la situation sécuritaire du Mali.

La deuxième équipe de médiateurs rencontrée par les responsables de l’UNTM était composée des représentants des notabilités, ceux des différentes confessions religieuses (HCI, Eglise catholique, Eglise protestante), ainsi que des différentes chambres consulaires et du Patronat du Mali. Ces médiateurs sont venus demander à la centrale de suspendre son mot d’ordre de grève avant la mise en place d’un nouveau gouvernement.

Pour le secrétaire général de l’UNTM, Yacouba Katilé, il n’est pas question de lâcher sans un compromis.

« J’ai dit aux médiateurs  que lorsqu’on a rien, il est difficile d’arrêter la grève. Il sera difficile pour les membres du bureau d’expliquer une telle décision à la base. Mais néanmoins, nous avons pris l’engagement de nous réunir et de rendre compte à la base pour prendre leurs avis sur la question », dira Katilé.

Il a également demandé aux médiateurs d’aller dire aux autorités de satisfaire les doléances des travailleurs.

Concernant la première journée de grève, le secrétaire général s’est dit satisfait. Selon lui, le mot d’ordre est largement respecté sur toute l’étendue du territoire.

« La grève est observée en tenant compte du service minimum. Aucune perturbation n’a été signalée dans ce sens. Mais, il est bon de préciser que le service minimum concerne uniquement les secteurs de la santé, sécurité, transports et télécommunication », précise le tout puissant secrétaire général de l’UNTM.

  1. Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
26 − 18 =