Flash Infos
Accueil / Actualités / Voleur jusque sur le lit d’hôpital, pis encore…
Hôpital du Point G. ©C/C.

Voleur jusque sur le lit d’hôpital, pis encore…

Chasser le naturel il reviendra au galop, cette assertion sied bien à ce jeune homme d’environ 17 ans. Nous le désignons ici par des initiales, mais les faits qui lui sont reprochés sont bien réels et ne remontent qu’au vendredi 27 avril 2019.

N. K, cet adolescent du quartier de Médina Coura, est admis à l’hôpital du Point G pour blessure grave à l’abdomen. Il vient de prendre un coup de poignard, semble -t-il, lors d’une histoire de partage de butins qui a mal tourné entre lui et ses compères. L’équipe médicale de garde s’affaire à mettre sa vie hors de danger. De la salle de soins du service des urgences, il est transféré au service de rhumatologie pour poursuivre ses soins. Il traîne encore le drain placé sur lui pour minimiser les conséquences d’une éventuelle hémorragie interne. Mais rien de tout cela ne fait oublier “l’Aiglon pêcheur” sa passion : le vol.

De son lit d’hôpital, il n’a de regard que sur les objets de main d’autres malades avec qui il partage la chambre. Il profite du climat de détresse ambiant dans la chambre pour accomplir ce que personne ne saurait imaginer.

“Il se fait apporter le téléphone d’un malade du lit voisin au motif qu’il appartient à son ami. Dès acquisition, le téléphone portable est éteint et caché en lieu sûr (sous le matelas). Le coup a vraisemblablement réussi, mais la baraka n’est apparemment pas acquise à sa cause. De bouche à oreille, la nouvelle fait le tour de la salle. Avant d’en arriver à une fouille corporelle de tous, une voix indexe le patient. N.K. Faute d’échappatoire, le mis en cause se met à table et avoue le forfait qu’il avait, à lui seul, commis.

Compte tenu de l’état de santé du jeune voleur, la victime et ses parents acceptent de ne pas en faire un scandale mais, prennent le soin d’alerter les autres occupants de la salle ainsi que tous les accompagnants présents. Couvert de honte, le patient-voleur poursuit ses soins la tête baissée.

C’est pour dire que la charité s’arrête vraiment à la porte de l’hôpital. L’habitude est une seconde nature, le jeune N.K ne semble pas être à son premier coup. Prenez soins de vous en franchissant le seuil de nos hôpitaux publics car les infections nosocomiales ne sont pas les seuls dangers publics.

Zanga Coulibaly

Aumali.net

Essayez à nouveau

CODEM: Les sections de Ségou appellent à la mobilisation

Nombre de visites: 4 Les sections CODEM de Ségou ont tenu les 12 et 13 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!