Sécurité Société

Tribune: Éléments de réflexions sur la crise du Nord et du Centre

Il faut admettre que tous les Touaregs ne sont pas des rebelles comme tous les peulhs au centre du Mali ne sont pas des terroristes. Il faut arrêter de faire ces amalgames qui ne contribuent qu’à nous diviser davantage en faisant la promotion de l’injustice et de la haine entre nos communautés.

Soutenir des rebellions armées et séparatistes qui ne bénéficient qu’à une tribu minoritaire qui prône sa supériorité aux autres n’est pas une alternative politique sérieuse pour le Nord. De même que les groupes d’autodéfense qui combattent à mort d’autres ethnies sur la base de l’amalgame et autres intérêts personnels ne sont pas la solution à la crise du Centre du Mali. Aucune religion ne souhaite non plus pas être associée à toutes ces tueries d’innocentes personnes dans le seul but de semer la terreur et de satisfaire les intérêts personnels de quelques leaders qui se disent religieux.

En parlant de souffrance et d’injustice au Nord, les groupes armés séparatistes et leurs supporteurs qui crient sur tous les toits du monde à l’injustice vis à vis de leur ethnie, sont mal placés pour donner des leçons à quiconque. N’est ce pas le monde à l’envers quand c’est des anciens bourreaux qui étaient des esclavagistes ou des adaptes de la suprématie de leur tribu qui se disent des victimes et revendiquent le retour à l’ordre ancien sous couvert d’une demande identitaire pour tromper l’opinion internationale et leur communauté elle-même. Durant des années ils ont été des oppresseurs du bas peuple toutes les autres tribus et ethnies confondues. L’oppression des populations bellah continue  toujours du reste. Des poches résiduelles de l’esclavage existent encore dans notre pays et ne concernent pas que le Nord comme le témoignent les événements récents dans la région de Kayes.

Je pense aussi que notre pays doit reconnaître et encourager la promotion de toutes les cultures que nous ont légué nos ancêtres communs. Cela ne fera que nous enrichir globalement. Toutefois aucune revendication identitaire ne doit être basée sur le rejet des autres ethnies encore moins aboutir à un séparatisme inacceptable. Si on veut détruire ce pays rapidement divisons le par ethnies. Les conflits ethniques sont les plus difficiles à gérer car ils aboutissent à des problèmes de partage de biens y compris des terres historiquement communes et peut-être même générer de nouvelles formes d’apartheid. Toutes ces divisons ne sont jamais dans l’intérêt du peuple et des communautés qui ne demandent que de vivre en paix et dans le bonheur.

Que nos politiciens,  armés ou non , du Nord au Sud et de les toutes tribus et ethnies confondues , arrêtent l’instrumentalisation de nos braves populations en leur vendant des idéologies ou des options politiques qui ne sont pas compatibles avec les principes et valeurs de la république et de la démocratie. Le respect des principes de la république et de la démocratie qui prônent l’égalité de tous et les chances égaux pour chacun, est la seule garantie de la paix et du développement durable du Mali.

Vive la république riche de toutes ses cultures et

Vive la vraie démocratie pour le bonheur, le progrès, la cohésion, la paix et la prospérité de tous les maliens sans exception.

Harouna Niang

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
28 − 2 =