Politique

TRANSITION : L’optimisme anime les Maliens

Après l’installation des autorités de la transition, nous avons rencontré des citoyens qui affichent déjà l’optimisme quant à la réussite de la transition. Pour cela, ils invitent les autorités à combattre la corruption et l’impunité à tous les niveaux.

Après plusieurs semaines de bras de fer avec la CEDEAO, la transition débute avec la désignation d’un président, d’un vice-président   et d’un Premier Ministre.

Le président de la transition, Bah N’Daw, et le vice-président, le colonel Assimi Goïta, ont prêté serment, le vendredi 25 septembre 2020, pour une durée de 18 mois. Le nouveau Premier ministre, Moctar Ouane, nommé le dimanche dernier, tentera de former un gouvernement pour faire face aux défis de l’ère. En tout cas, les Maliens affichent l’optimisme pour ce qui est de la réussite de cette nouvelle transition.

Pour Issa Koné, les nouvelles autorités auront de lourdes tâches de redresser une économie fragilisée et de pacifier un pays encore marqué par des attaques terroristes.

« Le pays était parti en faillite, mais je n’ai aucun doute sur la capacité de ces hommes aux commandes. Le Mali va s’en sortir. Notre pays a trop souffert à cause de la corruption. C’est vrai que les autorités de la transition ne pourront pas tout faire. Mais, ils doivent passer aux choses sérieuses si le temps leur permet. Il ne faut pas qu’ils s’attardent sur des beaux discours, car le temps file vite. Nous n’avons pas assez de temps. Donc, ils doivent faire leur possible pour construire ce pays. Et cela passe obligatoirement par une lutte farouche contre la corruption et l’impunité », déclare Issa Koné.

Pour Drissa Guindo, les Maliens doivent soutenir les autorités de la transition. « Ces responsables aux commandes font la fierté du Mali. Avec leur parcours, ils pourront mettre le pays tout entier sur les rails. Mais, nous devons donner du temps à ces personnalités de faire leur travail. Parce qu’en regardant seulement leur parcours, je pense qu’ils pourront relever les défis.  Nous devons les soutenir. Le pays va très mal, mais tout le peuple malien doit rester soudé afin de les accompagner dans les reformes pour un Mali nouveau ».

Quant à Fatoumata Sissoko, elle reste persuadée que le bonheur des Maliens est entre les mains des nouvelles autorités. « Nous pouvons dire enfin que le Mali sortira de l’ornière. Tout le Mali attend des nouvelles autorités un résultat concret et je pense qu’elles pourront nous en apporter. Nous devons donner une chance à ces autorités en les soutenant haut et fort pour faire face à l’essentiel. Ce qui compte aujourd’hui, c’est la reconstruction d’une armée forte et crédible. Ensuite, combattre la corruption et l’impunité à tous les niveaux ».

Adama Diabaté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 − 5 =