Politique

Transition : les acteurs politiques divisés sur le maintien des dates des élections

Après sa prestation de serment, le lundi 7 Juin 2021, le nouveau Président de la transition a aussitôt officialisé la nomination de Dr Choguel Kokalla Maïga, président du Comité stratégique du M5-RFP, comme Premier ministre, dont l’une des missions prioritaires est surtout l’organisation des élections générales, selon la charte. Et le Président Goïta a promis de tenir les élections aux dates indiquées. Cette annonce est diversement accueillie au sein de la classe politique.

Pour certains responsables politiques, cet engagement du nouveau Président de la transition rassure. Selon Oumar Ibrahim Touré, président de l’Alliance pour la République (APR), les propos du nouveau Président de la transition sur le maintien des élections aux dates indiquées sont rassurants et apaisants. Et d’ajouter : « Il faut faire confiance à cette promesse du Colonel Assimi Goïta ».

De son coté, Ousmane Ben Fana Traoré, président du Parti citoyen pour le renouveau (PCR) s’est montré plus sceptique et formel : « Il est impossible de tenir les élections d’ici février 2022 ».

Pour cet ancien conseiller à la Présidence, les défis qui assaillent le pays sont immenses pour aller à des élections crédibles et transparentes. « Il faut analyser les défis énormes de la sécurité, l’école, la santé. Je pense qu’il faut être logique, on ne peut pas tenir les délais. Et on doit le dire tôt afin de commencer les organisations à temps. Pour cela il faut un autre délai », a-t-il souligné.

Rappelons que les prochaines élections présidentielle et législatives sont prévues en février et mars 2022, selon le chronogramme initial. Un référendum devrait être également organisé fin octobre 2021.

Studio Tamani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 × 11 =