Société

TRAFIC ILLICITE DE MIGRANT : Moriba Magassa déclaré non coupable

Né en 1988 à Tonka, Moriba Magassa a été accusé d’avoir comploté avec un certain Moussa Camara en Lybie pour trafic illicite de deux jeunes filles. Mais aucune charge n’a pour l’heure été prouvée contre l’accusé. 

Accusé d’avoir comploté avec Moussa Camara pour trafic illicite de migrant, Moriba Magassa a été libéré par la Cour d’Assises de Bamako le mercredi 2 septembre dernier. A la suite des enquêtes, aucune preuve matérielle n’a été retenue contre l’accusé.

« Depuis Gao, un Koxer m’a envoyé chez un certain Boubacar Cissé en Algérie. Quant ce dernier a vu ma détermination, il m’a fait savoir que je pouvais continuer à aller vers l’Europe par voie de trafic. Au début, je ne voulais pas, parce que j’ai été avisée de l’état de la route, mais il a insisté à ce que j’accompagne une autre fille qui était aussi partante. De l’Algérie en Libye, je suis partie avec cette fille. Finalement, je suis partie et en cours de route, on m’a fait savoir que mon argent ne pouvait me transporter jusqu’à destination. Quand nous sommes arrivés en Algérie, nous avons été emprisonnées par les forces de sécurité de ce pays et pendant 7 mois. A vrai dire, je ne savais pas que c’était des Koxers. Un jour, ils voulaient m’écarter du convoi parce que je ne pouvais plus supporter leurs caprices. Finalement, nous avons commencé à nous battre dans le bateau. Je ne savais pas que tout cela allait arriver sinon je n’allais pas accepter de partir dans cette condition », a expliqué Moriba à la barre.

Par manque de preuve, l’avocat de la défense dira que son client n’est au courant de rien.

« Mon client n’est au courant de rien. Il a déclaré devant vous les membres de la Cour qu’il ne savait pas que Moussa faisait ce genre de trafic illicite de migrant. Il n’a été qu’un messager de Moussa. Mon client a juré qu’il n’a jamais fait partie de la bande. Tout le monde a su qu’il n’y a aucune preuve contre Moriba Magassa », a défendu l’avocat de la défense.

« Ce qui manque dans ce dossier, c’est l’élément matériel qui n’existe pas. Donc, il ne mérite pas non plus l’inculpation, il a été privé de ses droits pendant un bon moment », a regretté le représentant du ministère Public, Ibrahim S. Maïga.

Malgré le fait que les victimes, notamment Aminata Diakité et Ramatou Coulibaly aient exigé le remboursement des frais dépensés, le jeune Magassa a été libéré sans condition.

Adama Diabaté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 3 =