IBK
A LA UNE Actualités Politique

Sommet extraordinaire de la Cédéao : IBK fait une bourde

Participant au sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Cédéao sur la situation sociopolitique au Mali, le président de la République, Ibrahim Boubacar, Kéita aurait eu des mots très durs à l’égard de l’opposition et de l’imam Mahmoud Dicko, selon le correspondant de Radio France international (RFI) à Niamey, Moussa Kaka.

 

« IBK a eu des mots très durs à l’égard de l’opposition et de l’imam Dicko. Selon le président Ibrahim Boubacar Kéita, le but de ces manifestations organisées par l’imam Dicko est de conduire à une transition dirigée par le célèbre marabout et qui devrait ouvrir la voie à un Etat islamique. Selon IBK, c’est la rançon de guerre de l’imam Dicko tout en dénonçant l’arrogance de ce marabout, IBK a parlé d’un coup d’Etat rampant », a déclaré Moussa Kaka, correspondant de RFI à Niamey.

La présidence de la République du Mali s’est empressée de démentir les propos du journaliste. « Le correspondant d’une radio étrangère en poste dans une capitale d’un Etat membre de la Cédéao prête au président Ibrahim Boubacar Kéita des propos musclés contre l’imam Dicko lors du Sommet extraordinaire tenu ce 27 juillet 2020 sur la crise malienne. Les déclarations dudit correspondant sont entièrement fantaisistes », a affirmé la présidence de la République sur sa page Facebook sans publier l’intégralité de l’intervention d’IBK lors du sommet extraordinaire de la Cédéao de ce lundi.

Si les propos prêtés par Moussa Kaka au président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, sont confirmés, ils constitueraient une bourde d’IBK. En effet, ces propos interviennent au moment où l’imam Mahmoud Dicko appelle à l’apaisement. Considéré comme l’un des plus modérés des contestataires, l’imam Dicko a pesé de tout son poids pour que le Mouvement du 5-Juin/Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) renonce à sa demande de démission du président de la République.

Le 19 juin 2020, le comportement de l’imam Dicko a été salué par une grande partie de la communauté internationale pour avoir réussi à calmer les manifestants qui voulaient monter à Koulouba pour aller remettre la lettre de démission à IBK.

En cette période de trêve décidée par le M5-RFP dans ses manifestations de désobéissance civile, IBK doit éviter ce genre de propos susceptibles d’envenimer la situation sociopolitique dans notre pays. Il doit au contraire travailler à trouver les voies et moyens pour enclencher un dialogue qui pourra définitivement mettre fin à cette crise.

Aujourd’hui, traiter l’imam Dicko de quelqu’un qui cherche à instaurer un Etat islamique au Mali, peut nous pousser à nous poser la question sur les vraies intentions d’IBK à résoudre pacifiquement cette crise sociopolitique qui sévit dans notre pays, depuis le 5 juin 2020.

Abdrahamane Diamouténé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
13 − 11 =