Aboubacar ba
Actualités Société

Riposte à l’embargo de la Cédéao du président de la filière bétail et viande, Aboubacar Bah: « Les animaux du Mali ne franchiront plus les frontières jusqu’à nouvelle ordre »

Pour répondre à la décision de la CEDEAO d’imposer un embargo au Mali, la Fédération de la filière bétail et viande  du Mali a décidé de suspendre  l’exportation du  bétail et de la viande en direction des pays membres de la CEDEAO.

48 heures après l’arrestation du président de la République suivie de sa démission par la junte aux commandes, les Chefs d’Etat de la Cédéao ont imposé un embargo sur notre pays. Une décision qui a été mal appréciée par la population et des organisations dont la filière bétail et viande, dirigée par Aboubacar Bah, qui a riposté à cet embargo en suspendant toute exportation du bétail et de la viande malienne. Selon le président de la  filière bétail et viande  du Mali, Aboubacar Bah, cette décision d’interdire  l’exportation de bétail et de la viande vers les pays membres de l’organisation sous-régionale est la réponse  aux sanctions prises par ces pays.

« Cette décision est la réponse  aux sanctions prises par la CEDEAO contre le Mali. Les animaux du Mali ne franchiront plus les frontières jusqu’à nouvel ordre », a martelé Aboubacar Bah.  Et d’ajouter que « personne ne peut aussi entrer dans notre pays pour se ravitailler. Tout cela a été interdit en commun accord avec tous les syndicats de la filière bétail et viande à l’issue d’une rencontre. Pour veiller à l’application stricte de cet accord, des mesures sont déjà prises pour surveiller nos frontières », a-t-il affirmé.

A en croire Aboubacar Bah, la filière bétail et viande est dans son rôle d’interdire  toute exportation de viande et des animaux vers ces pays.

« Le Mali est un grand pays que la CEDEAO doit respecter. Si les pays de la CEDEAO ne nous respectent pas, nous allons lui montrer que le Mali peut vivre sans son aide », a-t-il soutenu. Selon lui, « notre pays  regorge de nombreuses potentialités pour surmonter la crise, donc nous n’avons rien à craindre ».

Selon les informations, face à la détermination du peuple malien, la Cédéao envisage de lever l’embargo d’ici vendredi.

Balla Soumaïla Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =