Flash Infos
Accueil / Actualités / Printemps des routes : la jeunesse de Gao entre dans la danse ce mercredi
Route de Gao. © France 24.

Printemps des routes : la jeunesse de Gao entre dans la danse ce mercredi

Connue par leur bravoure et leur détermination à franchir  toutes les obstacles pour  atteindre leurs objectifs, la jeunesse  de la cité des Askia va instaurer ce mercredi un blocus sur la ville jusqu’à l’obtention du début des travaux de réalisation de la route Gao-Sévaré. Cette réaction des jeunes de Gao intervient au moment où le gouvernement peine à  satisfaire les revendications des jeunes de Tombouctou.

 

Décidément, le printemps route se généralise à travers le pays. De Kayes, le virus a déjà contaminé plusieurs localités du pays. Suite à la flexion du  gouvernement face à la revendication des jeunes de Kati et Kayes pour la réhabilitation de la routé Bamako-Kayes, les jeunes d’autres régions ont immédiatement emboité le pas.

A Tombouctou, la jeunesse réunis au sein du collectif “Tombouctou réclame ses droits”  ont instauré un blocus sur la ville depuis la semaine dernière pour réclamer  le démarrage des travaux de la route reliant la région à Bamako. Malgré la promesse du gouvernement  de démarrer les travaux de la route Léré-Tombouctou pour le 1er décembre prochain, les jeunes sont restés sur leur position. Pas question de lever le blocus avant le début des travaux.

Au moment où le gouvernement peine à résoudre cette situation, la jeunesse de Gao vienne de rentrer dans la danse. Elle prévoit des manifestations à partir de ce mercredi 11 septembre. Comme revendications, les jeunes de la cité des Askia exigent la réhabilitation de la route Gao-Sévaré. Dans un état de dégradation avancée, la réhabilitation de cette route, considérée comme symbole de l’unité du pays, va contribuer beaucoup au désenclavement et à la relance de l’économie de la zone.

La jeunesse de Gao connus par sa bravoure, le gouvernement risque de se voir un autre front dur. On se rappelle durant l’occupation  du nord par les terroristes, cette même jeunesse a bravé l’interdiction des djihadistes pour réclamer la liberté des personnes et leurs biens.

Au-delà des villes de Tombouctou et Gao, d’autres localités sont en ébullitions. C’est le cas de Bougouni qui veut aussi la réalisation de la route Manakoro. Ce mois de septembre s’annonce électrique pour le gouvernement.

Y.Doumbia

Essayez à nouveau

politique : la Codem et l’APR annoncent leur fusion

Nombre de visites: 154 A l’issu d’une rencontre le 7 septembre, le président de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!