Politique Société

Présidentielle du 27 février 2022 : Cherif Ousmane Madani Haïdara appelle à ses disciples à choisir un candidat « intègre, honnête et digne de confiance »

Chérif Ousmane Madani Haidara a profité de sa traditionnelle Ziara en hommage à son père, à Tamani, son village natal, pour appeler, pour la première fois, les Ançars à porter leur choix sur un candidat « intègre, honnête et digne de confiance » lors de la prochaine présidentielle prévue pour le 27 février 2022.

En effet, le célèbre prêcheur de Banconi, qui avait promis de ne donner aucune consigne de vote à la présidentielle, malgré que ces pairs chefs religieux comme l’imam Mahmoud Dicko et le Chérif Bouyé Haïdara donnent depuis quelques années, serait sur le point de sortir de cette posture. Et pour cause, le gouffre dans lequel le pays est plongé l’aurait obligé à se dédire.

En abordant plusieurs sujets relatifs à la situation du pays, lors de cette retraite religieuse, Chérif Ousmane Madani Haïdara a déploré le contexte politique, la mise en mal de la paix, de la cohésion sociale et la corruption qui gangrènent plusieurs sphères de l’Administration.

Le guide spirituel des Ançars, non moins président du Haut conseil islamique, soutient qu’il n’est pas tenté par la politique, malgré qu’il accomplit toujours son devoir citoyen à chaque consultation électorale. Mais, a-t-il déclaré, les nombreuses épreuves que le Mali a dû subir doivent interpeller chaque Malien à faire preuve de discernement dans le choix des dirigeants.

« Préservons notre dignité et mettons-nous ensemble pour opter pour un candidat honnête, intègre, digne de confiance et qui est réellement à mesure de sortir ce pays de ses travers », a déclaré publiquement le chef des Ançars. Le président du HCI s’est empressé d’ajouter qu’il n’a aucun engagement avec un homme politique ou un quelconque candidat.

Visiblement déterminé à traduire ses propos à l’acte, le prêcheur prévient qu’à l’échéance prochaine, il n’hésitera pas à opter pour le candidat qui remplit les critères énumérés.

« On ne doit plus accepter que notre pays soit dirigé par des personnes qui le précipitent dans sa chute. Nous avons besoin d’un président qui ne cherche pas à se remplir la poche, mais qui agit pour le peuple », a-t-il insisté.

Cette volteface de l’actuel président du Haut conseil islamique, réputé pour ses capacités à mobiliser des milliers de fidèles musulmans dans les stades, serait motivé par l’impunité que les délinquants bénéficient dans notre pays.

Dénonçant toujours la corruption et les fossoyeurs du trésor public, Chérif Ousmane Madani Haidara a révélé d’avoir reçu la visite d’un responsable d’une structure chargée de lutter contre la corruption, lequel l’aurait fait comprendre l’ampleur de ce phénomène au Mali.

Ce responsable dont il n’a pas voulu dévoiler l’identité l’aurait montré, documents à l’appui, les rapports des enquêtes menées par sa structure et les identités des spéculateurs fonciers qui, pour la plupart, ont fait main basse sur les deniers publics à hauteur de plusieurs milliards de FCFA sans être inquiétés par les poursuites judiciaires.  De quoi soulever l’indignation de Chérif Ousmane Madani Haïdara qui a crié à l’imputé, érigée en règle de gouvernance dans ce pays depuis des années.

Seydou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
27 × 30 =