Société

PRÉAVIS DE 5 JOURS DE L’UNTM: La réaction du Gouvernement se fait toujours attendre

Depuis le dépôt du préavis de grève de 5 jours (14 au 18 décembre 2020) de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM), les négociations entre le Gouvernement et la centrale n’ont toujours pas commencé. Cette lenteur des autorités d’engager le dialogue  avec l’UNTM est  considérée  désormais comme un manque de considération du côté de la centrale. Le divorce semble consommé entre les deux parties. 

Après l’échec des négociations entre le Gouvernement et l’UNTM autour de ses revendications, la centrale syndicale UNTM avait observé une grève de 72 heures, les 18, 19 et 20 novembre 2020.   Cette grève de la centrale a complètement paralysé les services, notamment les impôts, les banques, les assurances, l’administration générale et les douanes.  Les pertes financières ont été estimées à plus de 7 milliards de FCFA.

Suite à cette grève, l’UNTM a fait des évaluations lors d’une réunion, le lundi 23 novembre à la Bourse de Travail. Au cours de la rencontre, les membres du bureau ont décidé à l’unanimité de préparer un nouveau préavis de grève de 5 jours allant du 14 au 18 décembre prochain. Ce préavis a été déposé, le 23 novembre 2020, sur la table du Gouvernement.

A moins de 5 jours du début de la grève, le Gouvernement n’a toujours pas fait signe pour entamer les négociations. Si le secrétaire général, Yacouba Katilé a dénoncé cette même lenteur du Gouvernement lors des précédentes négociations, cette fois encore, la même chose se reproduit. Du côté de la centrale, cette attitude du Gouvernement est purement et simplement un manque de considération.

A cet effet, la centrale se prépare en conséquence pour la réussite de la prochaine grève de 5 jours, prévue du 14 au 18 décembre 2020 sur toute l’étendue du territoire. Elle fait désormais un front commun avec le Syndicat autonome des administrateurs civils (SYNAC), le Syndicat libre des travailleurs du ministère de l’Administration Territoriale (SYLTMAT), le Syndicat national des travailleurs des collectivités territoriales (SYNTRACT) et le Comité syndical des agences de développement régional du Mali (CS-ADR), réunis au sein de la Plateforme d’action commune.

Désormais, ces syndicats vont suivre le mot d’ordre de la centrale. En plus de la grève, des marchés et d’autres actions seraient prévus. Il n’est donc pas exclu de voir l’UNTM faire des alliances avec d’autres regroupements pour se faire une place au soleil.

Compte tenu de la tournure des choses, il sera difficile de trouver un terrain d’entente entre le Gouvernement et l’UNTM qui se dit désormais marginalisée par les autorités de la Transition.

  1. Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
14 + 13 =