Société

Pour manque de dépôt de transit : Magnambougou menace de verser ses ordures devant la mairie de la CVI

Cela fait exactement plus de quinze jours que les ordures ménagères ne pas ramassées au quartier de Magnambougou, en Commune VI du District de Bamako. Une situation due à un manque de dépôt de transit pour les GIE d’assainissement du quartier.

Par conséquent, les familles menacent de bloquer les devantures de la mairie dans les jours à venir, si jamais leurs ordures ménagères ne sont pas évacuées à temps. L’annonce a été faite, le mardi 7 septembre 2021, dans la salle de conférence de la mairie dudit quartier, lors d’une conférence de presse, organisée par le GIE Saniya de Magnambougou.

Le quartier Magnambougou est sur son pied guerre. Et pour cause, les ordures ménagères ne sont pas ramassées depuis plus de quinze jours. Et pour le moment, aucune solution n’a toujours pas été trouvée pour évacuer les déchets, pour manque de dépôt de transit.

Depuis juillet, soit plus d’un mois, les ordures ménagères ne sont plus ramassées dans ce quartier. Le mécontentement est général.

Le mardi 7 septembre dernier, les habitants étaient face à la presse pour dénoncer cette situation. Ils menacent même, dans les jours à venir, de bloquer toutes les devantures des collectivités.

Aujourd’hui le GIE SANIYA (Groupement d’intérêt économique Saniya Magnambougou) a de la peine à ramasser les déchets afin de les amener dans un site de transit. Une situation qui inquiète beaucoup plus ses responsables.

« Le gouvernement pensait que les GIE ne travaillaient pas c’est pourquoi il avait fait appel à Ozone qui aujourd’hui se trouve aussi débordé par le manque de dépôt des ordures ménagères. A la date d’aujourd’hui, nous sommes arrivés au terme. Toutes les familles souhaitent que nous travaillons afin d’évacuer les ordures. Mais nous n’avons nulle part où les décharger. Nous pensons que le gouvernement ne se soucie pas de la santé de la population. Il doit mettre en place des sites pour que nous évacuions ces ordures qui nuisent à la santé des personnes. Si on ne fait rien, d’ici 10 ans, la ville de Bamako sera envahie par les ordures. Nous avons envoyé des correspondances au gouvernement à plusieurs reprises, elles ont été sans suite. Le quartier de Magnambougou souffre énormément à cause de ces déchets, donc il faut que les autorités communales prévoient des sites déversement », a expliqué le directeur général du GIE Saniya Magnambougou, Bamadou Sidibé.

Pour sa part, Gaoussou Traoré, membre fondateur du GIE Saniya, pointe le doigt sur les collectivités qui doivent s’occuper d’évacuation des ordures dans les sites.

« Nous ne pouvons pas comprendre pourquoi les mairies ne prévoient pas des espaces dans leurs communes respectives ? Il faut que la population se mobilise pour faire face à cette situation. Nous en avons marre, nous pensons que l’assainissement n’est pas une priorité pour les mairies. Mais si jamais rien n’est fait, nous allons ramasser nos ordures et les jeter dans les rues, les devantures des mairies pour qu’elles prennent la situation en main », a fustigé Gaoussou Traoré.

En cette période d’hivernage, certaines familles collectent leurs déchets d’ordures et les jettent de façon anarchique dans les caniveaux. Ces derniers sont généralement la cause des inondations et de la prolifération des parasites vecteurs de plusieurs maladies hydriques et de la peau.

Mme Kadiatou Doumbia, membre du GIE Saniya dénonce aussi cette situation regrettable.

« Les familles pensent que nous refusons de transporter leurs ordures. Mais qu’elles sachent ce n’est pas un refus, c’est juste que nous n’avons plus de dépôt de transit pour les ordures. Donc nous invitons les plus hautes autorités à mettre à la disposition des GIE des espaces afin de transporter tous les déchets d’ordures sur ces lieux. Car ces ordures sont mauvaises pour la santé humaine et elle permettra de lutter efficacement contre certaines maladies », a conclu Mme Kadiatou Doumbia.

En tout cas, il est incompréhensible et inadmissible qu’après plus de 60 ans d’indépendance, Bamako, la capitale et vitrine du Mali, ne dispose pas de décharge d’ordures et pratiquement la plupart des dépôts de transit d’ordures dans les quartiers ont été morcelles et vendus par les mairies. Les quelques-uns qui restent ne peuvent pas contenir les ordures quotidiennes produites par les populations. L’illustration la plus parfaite est le dépôt de transit de Médine en face du Stade Modibo Keita, dont les ordures débordent jusque sur la voie principale. Une honte !

Adama Diabaté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
27 + 26 =