Société

POUR ABUS D’AUTORITE ET DE CHANTAGE : Le promoteur de Bama Art porte plainte contre la maire de la Commune III

Le torchon brûle entre la mairie de la Commune III et le promoteur de Bama Art, Abou Amadou Guitteye, président directeur général d’Africa Scène au sujet de l’occupation de la célèbre Place de cinquantenaire qui devrait abriter le Spécial Selifitini, mais annuler à la dernière minute, sur décision du maire de la CIII, Mme Djiré Mariam Diallo. Du coup, M. Guitteye a déposé une plainte contre elle pour abus d’autorité et de chantage.

Pour dénoncer ce qu’ils qualifient d’abus de pouvoir de Mme la maire de la Commune III, Abou Guitteye et son staff étaient face à la presse, le samedi dernier, à l’Escale Gourmande en ACI 2000.

Le promoteur de Bama Art s’est dit dépassé et chanté par l’injustice de Mme Djiré par rapport aux procédures d’utilisation de la place du Cinquantenaire pour la célébration de Bama Art, une activité artistique et culturelle qui regroupe chaque mois des milliers de participants.

« Si le début de l’utilisation de cet espace public était sans frais, l’ampleur et la bonne marche de l’événement feront monter les enchères. Graduellement le droit d’usage dudit espace passera de 50 000 à plus de 2 millions de francs CFA sans aucun document justificatif », a révélé M. Guitteye qui crie au vol et au chantage de la part de Mme la maire de la Commune III qui tente de saboter l’événement par abus de pouvoir et de chantage.

Selon M Guitteye, au début de Bama Art, la mairie de la Commune III ne lui imposait aucune condition  pour l’utilisation de la Place du Cinquantenaire avant la prise récemment d’une décision arbitraire qui défie tous les textes du législateur.

Pour lui, son seul tort en serait l’ampleur et l’épanouissement de son entreprise qui vont attiser l’appétit pécuniaire de Mme la maire de la Commune III, qui va statuer sur le paiement de 50 000 FCFA par M. Guitteye en guise de la location de cet espace pour ses éditions BAMA ART, chose que le PDG de Bama Art va accepter volontiers.

« Graduellement, la caution va passer de 50 000 francs CFA, à 300 000, 900 000 et maintenant 2 millions de francs CFA pour la tenue de l’événement, selon le bon vouloir de Madame la maire sans consultation communale ». C’est de là que le PDG d’Africa Scène crie à l’abus du pouvoir et au chantage à l’égard de sa personne et se fera interdit l’espace pour la célébration de Bama Art, éditions spéciales d’Aïd El Fitr par Madame la maire Djiré, sous réserve de payer les 2 millions de francs. Ce que refusera Guitteye.

« C’est brusquement à la veille de la fête de Ramadan que Mme la maire de la Commune III m’a imposé de payer 2 millions de francs CFA pour que mon événement puisse avoir lieu. Toute chose que l’équipe Bama Art a refusé et à la suite annulé les Éditions Spéciales Selifitini », révélera Abou Guitteye.

Face à cette situation d’injustice et de mépris, M. Guitteye a déposé une plainte contre Mme la maire de la Commune III pour abus d’autorité et de chantage.

Affaire à suivre…

Pour rappel, le festival Bama Art est en plein succès depuis sa création en 2018. Il est organisé par les grands animateurs et pour le public avec des artistes de tous les modes.

Correspondance particulière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 28 =