Education Société

Note de synthèse du gouvernement relative à l’article 39 : Une publication qui révolte les syndicats de l’Education

À l’issue d’une rencontre, le vendredi 20 août, entre le gouvernement et les syndicats de l’Education, autour de l’article 39, le ministère du Travail, de la fonction publique et du dialogue social, a publié un document intitulé « Notes de synthèse de la rencontre entre le gouvernement et les syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016 ». La publication de cette Note a suscité l’indignation des membres du directoire de la synergie.

En effet, dans cette note, le ministre du Travail, de la fonction publique et du dialogue social, Diawara Aoua Paul Diallo, affirme que trois propositions ont été faites aux enseignants grévistes, lors de cette rencontre. Il s’agit : un avancement immédiat en échelon pour ceux de la catégorie A qui enregistrent des pertes de points du fait de l’unification avec tous les avantages en terme de salaires et de primes ; une bonification des primes de résidence ; et enfin la mise en place d’une prime spéciale pour l’enseignement.

« Malgré cela, les enseignant refusent et demandent l’application pure et simple de l’article 39 », révèle la note du ministère.

La publication de cette note de synthèse a suscité l’indignation des membres du directoire de la synergie.

En effet, selon le porte-parole de la synergie, la question d’une proposition d’indemnité spéciale n’a jamais été inscrite à l’ordre du jour, lors de cette rencontre.

« Dans un document circulant sur les réseaux sociaux intitulé ‘ « Notes de synthèse de la rencontre entre le gouvernement et les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 », Mme la ministre affirme avoir fait trois propositions. Il s’agit de la bonification d’échelon pour les catégories qui perdent en points d’indice, la valorisation de l’indemnité de résidence et une indemnité spéciale qui sera discutée à la conférence sociale.

Aussi, précise-t-il, les propositions du gouvernement sont consignées dans le document qui a été remis à tous les participants de la rencontre.

« Il n’a jamais été question d’une proposition d’indemnité spéciale. Au contraire, Mme la ministre a dit qu’elle a été informée par le ministre de l’Economie et des finances que les enseignants disposent déjà d’une indemnité spéciale de responsabilité. La sincérité voudrait que la préposition soit consignée dans le document officiel qu’elle a fait photocopier et remettre aux participants », regrette Ousmane Alhmoudou, porte-parole de la Synergie.

Et le syndicaliste de réaffirmer leur attachement à l’application pure et simple de l’article 39 de leur statut.

« En tout état de cause, les enseignants du Mali n’ont pas demandé de primes et des indemnités. Ils ont tout simplement demandé l’application de la loi de la République ».

Aussi, accuse-t-il le gouvernement de distiller des « fausses informations à travers les réseaux sociaux avec la complicité de certains de leurs collègues ».

Balla Soumaïla Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
14 − 10 =