Société

Journée mondiale de la Métrologie : l’AMAM dresse un bilan élogieux courant 2020

Le Mali, à l’instar de la communauté internationale, a célèbre, hier jeudi 20 mai, la journée mondiale de la métrologie qui avait pour thème : « Mesurer pour la santé ». C’était au siège de l’Agence malienne de métrologie (AMAM), sis à Dialakorobougou.

Le choix du terme, « Mesure pour la santé », plus évocateur avec la situation sanitaire mondiale, vise à sensibiliser les citoyens sur le rôle important que joue la mesure dans la santé et donc dans le bien-être de la population.

En effet, la journée de la métrologie 2021 intervient à un moment où les préoccupations sont tournées vers les impacts de la COVID-19.

Parlant de la mesure, il faut noter que la métrologie englobe tous les matériels servant à mesurer, à savoir poids, masse, température et autres. A ces matériels, ceux utilisés par la médicine sont inclus et leur entretien nécessite un suivi régulier.

Conformément aux règlementations de la métrologie en vigueur, les mesures s’harmonisent avec plus de vigilance quant à la qualité des instruments de mesures à utiliser dans la santé et pour la mesure des biens.

Ces mesures s’avèrent des bons indicateurs pour un meilleur diagnostic médical et une prescription médicale, car elles permettent de rationaliser les dépenses des patients.

L’Agence Malienne de Métrologie (AMAM), créée en 2017, est l’organe chargé au Mali de veiller au contrôle et à la mise en jour des matériels de mesure au niveau public que privé sur toute l’étendue du territoire national. Sa mission principale est de veiller sur tout ce qui concerne les instruments de mesure au Mali.

L’AMAM est à pied œuvre pour déceler les structures qui tentent d’échapper au contrôle de ses agents. En la matière elle a pour mission d’appliquer la politique nationale du domaine et est chargée d’instruire et de suivre les dossiers d’agrément de fabriquant, d’installateurs de réparateur et tout autre prestataire de services métrologique.

Aussi, participe-t-elle à la mise en œuvre de la règlementation nationale de métrologie, des études et enquêtes en matière de métrologie, d’établir, de conserver, d’entretenir et d’améliorer de façon continue les étalons de métrologie, de superviser les sociétés privées

Dont certaines de ces missions sont déléguées, en matière de fourniture et de diffusion de la documentation, d’information et d’émission des avis de contrôle et de surveillance sur les instruments de mesures dans les marchés.

Courant l’année 2020, l’AMAM a effectué, au plan national des contrôles, ayant porté entre autres sur les instruments de pesage (balance, bascules, pont bascules et pèses personnes) et mesures volumétriques pour les distributeurs volumétriques dans les stations (pistolet), les conteurs volumétriques dans les dépôts, récipient mesures et camions citernes et d’autres instrument de détermination de capacité et ceux de pression.

La campagne de 2020 a permis à l’Agence de vérifier 9 037 instruments de mesures dont 5 691 balances sur lesquelles 4 973 étaient conformes et 708 instruments non conformes.

Durant la même période, elle a eu à vérifier 79 ponts bascule et pèse houseaux dont 74 sont déclarés conformes et 5 non conformes ; et enfin 294 conteurs volumétrique sur lesquels 256 ont été déclarés conformes et 38 non conformes.

Par ailleurs, l’AMAM a contrôlé 994 stations à travers le Mali et vérifié 5 325 distributeurs de carburant dont 5 296 conformes et 51 non conformes.

Quant aux camions, elle a pu vérifier 1 422 citernes en capacité dont 1310 conformes et 112 non conformes. Dans la même dynamique, l’Agence a aussi vérifié 38 huileries cotonnières à Sikasso et Koutiala.

« Pour une réussite de la mission de l’AMAM, il faut que les gens acceptent et s’associent à l’agence pour que tout ce qui est mesuré soit fait avec des bons matériels pour éviter les consommations abusives parce que ces matériels de mesures doivent être notifiées auprès de l’AMAM, sinon elles seront frauduleusement acquises. Et si l’Agence surprend une telle situation, le fauteur sera interpellé devant la lois, selon les dispositions en vigueur. Mais, nous priorisons l’information et la sensibilisation pour la bonne marche de nos activités », a fait savoir Lamine Togola, Directeur général de l’AMAM.

Tahirou Mallé (stagiaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
20 ⁄ 10 =