Sécurité Société

INSTAURATION DU COUVRE-FEU : La population salue l’initiative, verrou contre les vols et braquages

Instauration du couvre-feu à la suite de la chute du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita, le mardi 18 août 2020 dernier, est appréciée par les populations de la capitale. Même si des taximen déplorent le manque de recettes.

 Dans le cadre de la lutte contre la pandémie à coronavirus les plus hautes autorités du pays ont instauré un couvre-feu afin de ralentir la propagation du virus. Quelques mois après sa levée, les nouveaux détenteurs du pouvoir, viennent de décréter à nouveau un couvre-feu qui partait de 21h à 5 heures du matin. Cette nouvelle instauration est saluée par les femmes, les chefs de familles et plusieurs jeunes de la capitale. Pour les uns et les autres, il permet de diminuer le vol ainsi que les braquages à main armée.

« En réalité, je veux que ce couvre-feu soit une continuité. L’instauration du couvre-feu permet aux habitants de Bamako de dormir tranquillement. Car il y a moins de vol, moins de braquages et autres dans la capitale maintenant. Mieux, les braqueurs se font rares aussi sur les routes nationales reliant la capitale. C’est pourquoi, je l’apprécie personnellement. Donc, il serait mieux de temps en temps d’instaurer pour le bien être de la population malienne », propose un chef de famille.

Selon Alassane Traoré, la junte a pris une décision sage en décrétant ce couvre-feu.

« De minuit à 5 heures du matin est une bonne chose. L’heure est raisonnable. Et puis nous dormons tranquillement maintenant et on a l’impression que notre pays connait une nouvelle ère. Sinon dans notre quartier, on ne pouvait pas dormir à cause des braqueurs. Les populations étaient menacées depuis le coucher du soleil pour faute d’éclairage public. Les rues ne sont pas éclairées comme il faut. Mieux, cela n’empêche pas les voleurs de passer aux opérations. En tout cas, nous pouvons affirmer que les populations sont sécurisées ainsi que  leurs biens en cette période de couvre-feu »,  se réjouit Moussa Keita de Faladié.

Cependant, des taximen se disent inquiets si toutefois ce couvre-feu venait de durer. Ils affirment que c’est à partir de minuit qu’ils gagnent plus de clients qu’aux premières heures de la nuit.

« Moi, je ne circule pas pendant la journée parce que la circulation est très dense à ce moment. C’est pendant la nuit que je sors et  je trouve plus de clients la nuit que le jour. Et puis je comble ma recette qu’aux environs de minuit. Donc, s’il faut que nous rentrions avant cette heure, ça veut dire qu’il faut doubler les efforts afin d’avoir la recette du jour. Mais comme c’est pour la sécurisation des personnes et leurs biens, nous ne pouvons que nous soumettre à cette décision pour nos biens aussi. Je sais qu’avec la situation du pays les transporteurs comprendront », indique un taximan, Soumaïla Fomba.

Pour Salif Traoré, taximan aussi, les militaires doivent revoir la durée de ce couvre-feu.

« Il ne faut pas que ça dure trop, sinon ça risque de causer d’autres problèmes. C’est vrai que tout est dans le désordre mais il faut penser aussi à certains chefs de famille qui vivent au jour le jour », précise-t-il.

Adama Diabaté

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 8 =