Société

GOUVERNEMENT-UNTM Une rencontre décisive prévue ce jeudi

Suspendues à la demande de la partie gouvernementale, les négociations autour des revendications de l’UNTM reprennent, ce jeudi, en présence des représentants d’une quinzaine de ministères. Cette rencontre  se veut, une rencontre de  dernière chance  afin d’éviter un nouveau préavis de la centrale.

 

Faute d’entente autour des neuf points de revendications, l’Union nationale des travailleurs du Mali, (UNTM),  a observé une grève de 72 heures allant du 18 au 20 novembre 2020, puis une autre grève de 5 jours allant du 14 au 18 décembre 2020.

Selon le chronogramme, les négociations entre le Gouvernement et l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) devraient reprendre normalement,  le lundi dernier. Mais à la demande de la partie gouvernementale, elles ont été suspendues.

A la demande du ministère du Travail et de la Fonction Publique, les négociations reprennent aujourd’hui, jeudi 24 décembre, à partir de 15 heures.

Contrairement aux autres rencontres, cette réunion regroupe les représentants d’une quinzaine de ministères, les représentants du Conseil national du patronat et ceux de la centrale.

Le cahier de charge de  l’UNTM exige l’éradication des disparités dans les conditions des travailleurs par établissement de la justice sociale ; la fin du calvaire des compressés des société et entreprises d’Etat dont les droits ont été clairement établis, à travers leur paiement intégral, au plus tard le 31 janvier 2021 : COMATEX-ITEMA- SMECMA-AZALAI HOTEL TOMBOUCTOU ainsi que tous les groupes de travailleurs de HUICOMA, l’éclaircissement du statut des 149 agents ayant observé le sit-in à la Bourse du travail à l’appel de leur syndicat ; la régularisation de la situation des partants volontaires à la retraite.

En outre, l’UNTM  demande l’octroi du bénéfice de la prolongation des âges de départ à la retraite ; la normalisation de la carrière administrative des recrutés divers de l’enseignement, des catégories D-E de la fonction publique de l’Etat, la libération des domaines fonciers de l’ORTM et de l’IER illégalement occupés est exigée ; la réforme de l’OCLEI.

Le point d’achauffement de ces négociations entre l’UNTM et le gouvernement est le premier point notamment l’éradication des disparités dans les conditions des travailleurs par établissement de la justice sociale, à savoir l’harmonisation des grilles salariales et des primes suivant les catégories. Un point qui n’échappe pas à la vigilance des syndicats des magistrats et des enseignants qui ont mis en garde le gouvernement contre toute décision à l’encontre de leur statut autonome en vue de satisfaire l’UNTM.

 Y. Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 1 =