Accueil / Editorial / EN UN MOT: Des cas suspects “cachés”
Dramane Aliou Koné, éditorialiste. © Ph: Maliki Diallo

EN UN MOT: Des cas suspects “cachés”

A la lecture des statistiques sur la pandémie de la maladie à coronavirus quotidiennement et utilement publiées par le ministère de la Santé et des Affaires sociales, notre pays affiche un des taux de mortalité les plus élevés en Afrique.

Contrairement à des voisins comme le Sénégal qui compte 5 décès pour plus de 250 cas enregistrés et la Côte d’Ivoire avec moins de 10 morts pour près de 700 personnes contaminées, le Mali déplore plus de 13 décès dont la quasi-totalité n’a été constatée  qu’après une analyse post mortem.

C’est là que réside tous nos problèmes : des familles continuent à cacher les malades malgré les conseils et les insistances des médecins de famille parfois menacés de poursuites judiciaires pour révélation de secret médical. Ce serait présentement le cas de deux notabilités religieuses à Bamako qui afficheraient  les symptômes du Covid-19 et qui refuseraient toujours les tests à plus forte raison une prise en charge. Entre-temps, ils pourront filer le virus à des dizaines de personnes qu’elles rencontrent quotidiennement.

DAK

 

Essayez à nouveau

EN UN MOT: Quitte ou double

Nombre de visites: 2 Ce vendredi s’annonce cruciale pour notre pays, mais plus pour l’imam …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!