Sécurité

Embargo de Dinangourou par des terroristes : Les victimes appellent nos militaires au secours

Depuis le 2 mai 2021, les terroristes ont placé le village de Dinangourou et ses environs, dans le cercle de Koro, région de Mopti, sous embargo. Les réserves en denrées alimentaires s’épuisent, l’accès aux services sociaux de base devient de plus en plus difficile et la famine s’installe. La plus rapide que possible réaction du nouveau président militaire de la Transition est attendue par les populations de ces localités qui vivent le martyr.

Décidément, le bout du tunnel est encore loin dans la lutte contre le terrorisme au Mali. Pour preuve, de 2012 à nos jours, le pays n’a connu aucun répit. Des attaques de grande envergure, avec leurs cortèges de milliers de civils et militaires morts, d’animaux emportés, et de greniers incendiés. Pire, la montée progressive en puissance des Forces armées maliennes n’a nullement empêché des attaques isolées.

Au moment où la situation sécuritaire s’améliore avec la diminution des attaques dans le Centre, une autre nouvelle inquiétante vient de tomber. Il s’agit du blocus sur le village de Dinangourou, cercle de Koro et région de Mopti.

En effet, après Farabougou, dans le cercle de Niono et environs, où il a fallu plusieurs mois pour obtenir la levée du blocus, grâce à la médiation du Haut conseil islamique du Mali, Dinangourou vient de tomber sous le joug des terroristes sans foi ni loi.

Dans une correspondance adressée au commandant de zone de la région de Mopti, le président de l’Association des jeunes Abire Goro de Domino Dinangourou (AJAGD) et Alliés, Djougal Goro interpelle la hiérarchie militaire sur la situation sécuritaire de la zone.

« Nous sommes dans le regret de porter à votre connaissance que depuis le 2 mai 2021, Dinangourou, chef-lieu de la Commune de Dinangourou, cercle de Koro/région de Bandiagara, est mis sous embargo par les groupes armés terroristes. Aucun accès n’est possible depuis cette date. Rien ne sort, rien ne rentre. Les réserves en denrées alimentaires s’épuisent, l’accès aux services sociaux de base devient de plus en plus difficile et la famine s’installe vigoureusement », déplore le président Goro.

Aussi, a-t-il souligné, les habitants se trouvent aujourd’hui dans une précarité qui s’accroît tous les jours.

« Par cette présente, nous vous saisissons officiellement pour venir au secours de ces populations en détresse depuis plus d’un 1 mois », rappelle-t-il.

Par ailleurs, l’Association sollicite auprès des autorités de la Transition, entre autres : la levée du blocus mis sur Dinangourou ; l’apport d’une assistance humanitaire ; l’accès aux services sociaux de base.

Pour bon nombre de nos compatriotes, cette situation synonyme d’un affront à l’égard de la junte militaire au pouvoir, sera le premier test grandeur nature pour le nouveau président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, quant à sa réelle capacité et sa volonté de combattre ces terroristes qui ne cessent de semer la mort et la désolation partout à travers le Mali.

Le nouvel homme fort de Koulouba qui avait débarqué avec ses éléments du Bataillon des forces spéciales à Farabougou avant de faire un flop va-t-il laisser le Haut conseil islamique du Mali lui ravir de nouveau la vedette ?

Quelle que soit sa réaction, il sera jugé par le peuple malien qui attend beaucoup de lui dans un contexte marqué par la suspension des opérations françaises avec les Forces armées maliennes.

  1. Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
25 ⁄ 5 =