Flash Infos
Accueil / Actualités / Dialogue politique inclusif : l’URD suspend sa participation
Soumaïla Cissé, chef de file de l'opposition.

Dialogue politique inclusif : l’URD suspend sa participation

Dans une lettre adressée au président du Comité national d’organisation du Dialogue politique inclusif, le président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), l’honorable Soumaila Cissé, dénonce le processus d’organisation du dialogue. Il le qualifie de démarches confuses et non inclusives.

Selon l’honorable Soumaila Cissé, dans la foulée de l’examen des projets de Termes de référence du “Dialogue politique inclusif” transmis suivant le courrier n°0021/CNODPI du 21 août 2019, l’URD constate que des démarches non inclusives et confuses sont en cours à l’endroit des militants et partenaires politiques et de la société civile”.

“Pendant que les observations et contre-propositions des potentiels acteurs audit dialogue sont attendues, divers courriers d’invitation fusent de part et d’autre dans une sorte de cacophonie sans nom. Il s’agit en l’occurrence des divers courriers adressés à des partis et groupements politiques, ainsi qu’à d’autres organisations et acteurs de la société civile et professionnelle, des élus et responsables locaux de services d’Etat : de l’initiative du ministre chargé des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile invitant, suivant des correspondances du 29 août 2019, de l’initiative du Comité national d’organisation du dialogue prise par courriers en date du 30 août 2019, de l’initiative des services relevant du ministère chargé de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, en l’occurrence la lettre circulaire n°0021/P-CKTI du 30 août 2019”, déplore le parti de Soumaila Cissé.

Pour l’URD, le principe décliné était qu’à tous les niveaux de préparation et de mise en œuvre, il faudra veiller au caractère inclusif de ce dialogue politique, nous protestons, par la présente, et avec véhémence contre les initiatives décousues, unilatérales et non inclusives, qui sont de nature à amplifier la confusion et la méfiance des acteurs sur le format du Dialogue tel que mis en œuvre depuis son initiation.

“Aussi, estimons-nous que le sens des Termes de référence est justement d’encadrer tout le processus de bout en bout et que toutes autres initiatives, sans attendre l’adoption desdits Termes de référence, peuvent saper le fondement et l’essence du caractère ‘national et inclusif’ de ce Dialogue. Jusque-là, nous avons fait montre de bonne foi et de sincérité à contribuer à la réussite du Dialogue envisagé. Déjà, l’inclusivité tant prônée perd son sens, avec les annonces successives de refus de participer exprimées çà et là, par plusieurs partis et regroupements politiques. Finalement, nous sommes de plus en plus fondés à donner peu de crédit à la volonté de réussir cet exercice pourtant vital pour sortir de la crise politique et socio-sécuritaire que traverse notre nation…”.

Dans l’attente d’une clarification de l’approche globale du “Dialogue politique inclusif”, l’URD se réserve le droit de suspendre sa participation au processus dudit Dialogue tel que mis en œuvre actuellement.

Bréhima Sogoba

Essayez à nouveau

CODEM: Les sections de Ségou appellent à la mobilisation

Nombre de visites: 4 Les sections CODEM de Ségou ont tenu les 12 et 13 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!