Société

DEONTOLOGIE DE L’AVOCAT : L’AJAM renforce les capacités de ses membres

L’Association des jeunes avocats du Mali (AJAM) a organisé, le jeudi 17 septembre 2020, un atelier de formation sous le thème « l’avocat dans l’exercice de sa fonction, quelle protection ? « .

La cérémonie d’ouverture était présidée par le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Mali, Me Moustaphe Cissé, en présence du président de l’Association des jeunes avocats du Mali (AJAM), Maxime Poma. Cet atelier a permis à la trentaine de participants, tous des jeunes avocats, d’échanger sur les questions de déontologie de l’avocat, le serment, l’assurance la responsabilité civile professionnelle, l’immunité de parole et d’écriture, l’inviolabilité du cabinet d’avocat, etc. La formation était assurée par Me Daouda Ba et Me Benkè Kamité.

Selon le président de l’Association des jeunes avocats du Mali (AJAM), Maxime Poma, « l’objectif de cet atelier était pour nous jeunes avocats de revenir à la source pour puiser de la sagesse de nos ainés que nous avons comme formateurs aujourd’hui pour pouvoir aller à la défense à l’assurance du bien-être des jeunes avocats. Nous avons estimé que pour mieux connaître ce qu’est l’avocat, pour mieux être et vivre de sa profession, il faudrait connaître et maîtriser cette profession. Nous comptons mener d’autres activités de ce genre pour mieux outiller les jeunes avocats du Mali ».

Le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Mali, Me Moustaphe Cissé, a salué l’initiative de l’AJAM d’organiser cet atelier de formation. « Pour nous, l’Association des jeunes avocats du Mali est la cheville ouvrière de notre profession. La pratique de la profession d’avocat dans notre pays obéit à des règles et des principes communautaires. L’organisation de cet atelier sur des questions de déontologie est à l’honneur non seulement des jeunes avocats mais aussi du barreau tout entier. Pour que vous puissiez exercer votre profession, il est important de respecter les principes fondamentaux et les règles qui encadrent l’exercice de cette profession. C’est ce qui est entrain d’être fait à travers cet atelier. Nous sommes fiers de voir les jeunes avocats prendre à bras le corps ces questions. Nous voulons que dans la construction du Mali de demain les avocats puissent pleinement accomplir leur part de mission. Nous encourageons l’AJAM à démultiplier ce genre d’espace d’échange », a-t-il déclaré.

Pour rappel, l’Association des jeunes avocats du Mali (AJAM) est une association créée et dédiée aux jeunes avocats de moins de dix années de barre et qui ont aussi moins de 45 ans en âge. Elle compte aujourd’hui 80 membres.

Abdrahamane Diamouténé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =