A LA UNE Actualités Politique

Création de l’Organe unique de gestion des élections Le PM pousse des certains acteurs politiques repoussent…

En réunissant la classe politique, le jeudi dernier, au CICB, autour de l’annonce des autorités de la transition de mettre en place un Organe unique de gestion des élections, le Premier ministre, Dr Choguel Kokala Maïga, voit sa volonté se heurter à l’opposition de certains acteurs qui évoquent un manque de temps.

 En rouvrant les débats pendant plusieurs heures d’horloge sur la création de l’Organe unique de gestion des élections avec la classe politique, la semaine dernière, le Premier ministre, Dr Choguel   Maïga, voulait donner la chance au Mali d’organiser les élections moins contestées comme nous l’avons connu ces deux dernières années (2018 et 2020).

Cette structure indépendante tant réclamée par toutes les parties, qui pensent qu’elle pourrait éviter au maximum les contestations à l’issue des élections prévues pour février et mars 2022, semble aujourd’hui moins de chance de voir le jour, tant certains acteurs politiques évoquent l’absence de temps matériel pour sa création.

Le Premier ministre et le Chef de l’Etat, dont la crédibilité en dépend, se voient aujourd’hui heurter à l’intransigeance de ces acteurs politiques qui soupçonnent, d’ailleurs, le Premier ministre de vouloir utiliser la création de cet organe comme prétexte pour prolonger la durée de la transition.

En plus du manque de temps, ceux-ci craignent également que cet organe soit pris en otage par les militaires comme le Conseil national de transition (CNT) pour y nommer leurs proches et amis.

Les contestateurs souhaitent, par ailleurs, que les autorités de la transition mettent des gardes fous en « constitutionnalisant » la mise en place l’Organe unique de gestion des élections, avant le terme de la transition pour que le prochain Président issu des élections du 27 février 2022 ne refuse de créer cet organe.

En retour, ils proposent le maintien des 3 organes existants à savoir : la Délégation générale aux élections (DGE), la Commission nationale indépendante (CENI) avec des prérogatives renforcées et le ministère de l’Administration territoriale.

Le Chef du gouvernement n’est pas de cet avis et insiste sur la mise en place de l’Organe unique de gestion des élections.  D’ailleurs, il a même commis des experts qui ont produit un rapport sur la faisabilité de ce projet. Ceux-ci ont recommandé la mise en place de l’Organe unique de gestion des élections qui, selon eux, s’avère aujourd’hui comme nécessité. Car soutiennent-ils, « le Mali demeure le seul pays dans l’espace CEDEAO, voire en Afrique, à recourir à 3 structures pour conduire son processus électoral ».

 Organe de 15 membres

Pour sa faisabilité afin de rendre les élections plus crédibles, les experts demandent de transférer les compétences actuelles du ministre en charge de l’Administration territoriale à la nouvelle structure et de faire de la Délégation Générale aux Élections (DGE) un de ses services techniques.

« Sa composition doit tendre vers une réduction de l’influence des partis politiques », a expliqué ces experts électoraux qui jettent leur dévolu sur « des expertises non partisanes ».

Toujours par rapport à sa faisabilité, ces experts proposent l’érection de l’Organe au rang d’Autorité administrative, indépendante, jouissant de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Et elle aura également le rôle de préparateur technique et matérielle de l’ensemble des opérations référendaires et électorales, l’organisation matérielle du Référendum et des élections, l’élaboration des procédures et actes relatifs aux opérations électorales et référendaires.

L’Organe en question, proposent-ils, sera composé au niveau national de 15 membres, notamment des partis politiques, la société civile, les défenseurs des droits de l’homme avec un Président non politique, aura également comme rôle la centralisation et la proclamation des résultats provisoires des Référendums et des élections présidentielles, législatives, et d’autres.

 

Et l’artisan de ce rapport sur la réforme électorale, Dr Choguel Maïga, rassure qu’il pourrait procéder à la faisabilité de cet Organe dans l’espace deux mois, soit 6 avant la tenue du premier tour de l’élection présidentielle du 27 février 2022.  Mais, à condition qu’il bénéficie du soutien du ministre de l’Administration territoriale que le proche entourage du Premier ministre soupçonne de vouloir manœuvrer avec certains partis politiques pour empêcher cet organe soit créé qui pourrait lui retirer ses prérogatives de patron des élections.

Seydou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 + 29 =