Flash Infos
Accueil / Société / Cour d’assises de Bamako : pour meurtre et détention illégale d’arme à feu, Nazert Keita écope de 5 ans de prison ferme
Arme à feu. image à titre illustration.

Cour d’assises de Bamako : pour meurtre et détention illégale d’arme à feu, Nazert Keita écope de 5 ans de prison ferme

La cour d’assises de Bamako a statué sur l’affaire de meurtre, complicité et détention illégale d’arme à feu qui incriminait Nazert Keita domicilié à Kati et son fils Georges Keita. C’était ce lundi 11 novembre lors de sa  3ème semaine.

La 2ème session de la cour d’assises de Bamako s’est ouverte depuis le 1er novembre dernier.

Hier lundi 11 novembre l’affaire de meurtre, complicité et détention illégale d’arme à feu, opposant les co-accusés Nazert Keita et son fils Georges Keita à la partie civile représentée par Assétou Camara, était inscrite à l’ordre du jour.

Au terme de l’audience, le principal accusé, Nazert Keita, enseignant de son Etat a écopé d’une peine de 5 ans de prison ferme.

Son fils Georges Keita, poursuivi pour complicité de meurtre, a été acquitté.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 22 novembre 2014 à Kati, lors d’une bagarre entre la victime Mamadou Keita dit Marc, son cousin Georges et le père de ce dernier.

Notons que le défunt Mamadou Keita dit Marc était le fils du frère biologique de Nazert Keita décédé depuis peu de temps.

Selon les témoignages la relation entre la victime et la famille s’était considérablement détériorée.

Au cours de cette bagarre, qui a éclaté entre les trois hommes, Nazert aurait tiré une balle dans la tête de son neveu « sous le feu de l’action » avant de se rendre à la gendarmerie de Kati.

A la barre, l’accusé a exprimé tout son regret et demandé la clémence de la Cour.

Au sortir de l’audience, l’émotion était grande pour la partie civile.

« Je ne savais pas que je pouvais résister après ce drame, mais aujourd’hui je remercie Dieu. Et pour ma part je ne garde aucune rancœur » a affirmé Assétou Camara, mère du défunt les yeux humides.

Balla Soumaila Traoré /stagiaire

 

Essayez à nouveau

Première audience publique de la CVJR : treize victimes des crises maliennes  appellent au pardon

Nombre de visites: 9 La première audience publique de la Commission vérité, justice et réconciliation …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!