International

Coopération judiciaire Mali- Côte-d’Ivoire : Un proche de Guillaume Soro arrêté à Bamako

L’ancien député-maire de Dabou, Soukou Mohamed dit Ben Souck, membre du Comité d’orientation et de coordination de Générations et Peuples Solidaires, un parti interdit d’activités par les autorités ivoiriennes, dirigé par l’opposant ivoirien Guillaume Soro, en exil à Bamako, a été arrêté, le mardi 10 août dernier, par 4 hommes cagoulés et habillés en tenues civiles. Si au départ, ces partisans parlent d’enlèvement, un communiqué officiel du Parquet de la Commune IV du District de Bamako précise qu’il s’agit d’une arrestation s’inscrivant dans le cadre de la coopération judiciaire entre le Mali et la Côte-d’Ivoire.

Selon un communiqué diffusé par le parti de l’opposant ivoirien, ce haut cadre a été enlevé en pleine rue à Bamako par quatre hommes encagoulés et habillés en tenue civile.

« Sous la contrainte d’armes, M. SESS a été forcé à monter à bord d’un véhicule 4X4 aux vitres teintées, ne portant aucune plaque d’immatriculation. Il est porté disparu depuis lors », révèle le GPS dans ce communiqué largement repris sur la page Facebook de Guillaume Kibafori Soro en exil en Europe.

Ledit communiqué poursuit : « Malgré les nombreux efforts déployés par les membres de sa famille pour recueillir des informations sur son lieu de détention, ils sont restés à présent sans nouvelle ».

Aussi, la Coordination de générations et peuples solidaires exprime ses plus vives inquiétudes quant à la vie et à la sécurité de Soukou Mohamed.

« Nous nous étonnons qu’un tel kidnapping ait pu se dérouler sur le sol du Mali, au moment où les autorités de ce pays affirment leur attachement à l’Etat de droit et soulignent leur détermination à engager le pays sur la voie de la démocratisation », a indiqué le mouvement politique de Guillaume Soro qui demande « avec insistance au gouvernement de Transition au Mali de retrouver et rendre à camarade sa liberté et sa sécurité ».

Mais un communiqué émanant du Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Commune IV du District de Bamako est tombé, hier mercredi 11 août 2021, coupant ainsi court à la thèse d’enlèvement, avancée par les partisans et proches de Soukou Mohamed dit Ben Souck.

Le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Commune IV du District de Bamako informe que cette arrestation s’inscrit dans le cadre de l’exécution « d’un mandat d’arrêt international décerné le 16 novembre 2020 par Mme le Juge du 9 cabinet d’instruction du Tribunal de Première Instance d’Abidjan-Plateau (République de Côte d’Ivoire), et pour des actes subversifs pouvant admettre une qualification pénale commis sur le territoire national, était interpellé, le 10 août 2021 sur ses instructions, par le service de la gendarmerie nationale Monsieur SESS SOUKOU MOHAMED dit BEN SOUK, ancien député-maire de Dabou-République de Côte d’Ivoire et membre de « Générations et peuples solidaires-GPS » de Monsieur Guillaume SORO ».

Selon le Procureur, une Commission spéciale d’enquêtes préliminaires a été mise en place, dirigée par le Commandant du groupement territorial de gendarmerie de Bamako pour relativement aux actes subversifs incriminés, identifier les différentes implications et déterminer leur volonté criminelle en vue d’une saine application de la loi ».

Décidément la chasse aux sorciers continue contre le clan de l’ancien Premier ministre, non moins ex-président de l’Assemblée nationale de la Côte-D’ivoire, Guillaume Sora, au-delà des frontières ivoiriennes.

En effet, en brouille avec le Président ivoirien, Alassane Ouattara, l’ex-chef de la rébellion du Nord de la Côte d’Ivoire et plusieurs de ces proches avaient trouvé refuge dans certains pays voisins, tels que le Mali, d’Europe et d’ailleurs. Mais, pour la première fois, l’un d’eux, précisément Soukou Mohamed dit Ben Souck, ancien député-maire de Dabou, vient d’être arrêté au Mali, où il avait trouvé refuge.

Hasard de calendrier, l’arrestation de ce très proche de Guillaume Soro intervient au moment où les relations diplomatiques Bamako et Abidjan sont au beau fixe. Pour preuve : lors de la fête de Tabaski, le président de la Transition malienne, le colonel Assimi Goïta, a envoyé 30 moutons au Président de la Côte-D’ivoire. Un mois plus, il a été invité par le Président Ouattara à prendre part au Congrès de l’Union postale universelle à Abidjan, en début de cette semaine. Une invitation qu’il a déclinée en se faisant représenté par le Premier ministre, Dr Choguel Kokala Maïga.

Pour rappel, l’ancien député-maire de Dabou, Soukou Mohamed dit Ben Souck, avait trouvé refuge au Mali, suite à la violente répression qui s’était abattue sur leur mouvement politique, en décembre 2019. Laquelle a conduit à l’arrestation et à la condamnation de plusieurs cadres de « Générations et peuples solidaires » (GPS) dont son leader Guillaume Kibafori Soro, en exil en France, condamné par contumace, à perpétuité, par la justice ivoirienne.

Seydou Diarra

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
20 ⁄ 10 =