Société

COMMISSARIAT DE POLICE DU 3è ARRONDISSEMENT : Une bande de cambrioleurs aux arrêts

Le Commissariat de police du 3è arrondissement du District de Bamako, sous la houlette du Commissaire principal, Sadio Kono Tomoda, a mis la main sur une bande de présumés malfrats au cours d’un braquage à mains armées au quartier de Bagadadji.

La nouvelle qui est sans doute un ouf de soulagement pour les habitants de la Commune II du District de Bamako. Les nombreux cas de vols dont ils ont été victimes les habitants de la Commune II, située au cœur de la capitale malienne, seront probablement des lointains souvenirs, car les éléments du Commissariat de police du 3è arrondissement ont mis la main sur un gang de 4 individus.

Les présumés malfrats détenaient au moment de leurs arrestations un important butin (chanvre indien, objets de quincaillerie, pièces électroniques et autres objets de valeur).

Ces arrestations marquent la fin de parcours de ce gang, présenté comme celui qui terrorisait les paisibles habitants de la Commune II.

Les mis en cause ont avoué avoir mené des opérations de cambriolage similaires dans plusieurs quartiers de Bamako. Les nommés BK, SS, TD, H et X sont connus dans les archives de la police.

Selon une source policière au Commissariat, ces individus durant leurs opérations, outre l’argent en liquide, n’épargnaient aucun objet de valeur qui leur tombe sous la main, notamment les téléphones portables, les bijoux, etc.

En effet, pour mener une opération à bien, chaque élément du groupe avait un rôle à jouer sur le terrain.

Et la même source de préciser : « c’est une des raisons qui fait que leurs opérations se soldaient généralement par des succès. Leur dernier forfait remonte au 7 juillet dernier, dans les confins de Bagadadji, en Commune II du District de Bamako, où deux membres du groupe, notamment BK et SS sont tombés dans les filets des policiers du 3è arrondissement. A la date d’aujourd’hui, les 4 malfrats de la bande sont entre les 4 murs d’un cachot, avant de comparaître devant un juge d’instruction pour leurs sorts ».

En tout cas, notre source a fait savoir que ce coup de filet n’aurait jamais eu lieu sans la collaboration de la population :

« Ce que je voudrais dire qui est davantage important c’est que sans la collaboration des populations, nous n’aurions pas pu obtenir ce si grand résultat », a avoué volontiers notre source.

  1. Diabaté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
24 − 5 =