Politique Société

CNT : Polémique sur le sort des anciens députés

A la veille de la proclamation de la liste des membres du Conseil national de transition, un collectif dédié aux députés déchus de la 6ème législature lève le ton pour leur réhabilitation dans le nouvel organe législatif de la transition.

La création de la troisième institution de la transition a fait couler beaucoup plus d’encre, d’une part liée au mode de nomination de ses membres et d’autre part les personnes choisies.

Sur le plan politique, les partis politiques dont les anciens députés ont été reconduits crient à une trahison de la part de leurs élus et cela malgré les éclaircissements de ces derniers.

Selon Dr. Anasser Ag Rhissa, expert des TIC, Gouvernance et Sécurité,  » ce problème, n’est pas un problème de dignité, c’est celui de tous les députés de la 6eme législature qui ont perdu leur mandat par la dissolution de l’Assemblée nationale (il ne s’agit pas de savoir si c’est normal ou pas) ».

Fallait-il intégrer certains dans le CNT et laisser d’autres ?

Dr. Ag Rhissa : « Même si on souhaite la réconciliation, ma réponse est non.  Par équité et impartialité, d’autant plus que le cas de certains (dits mal élus) de ces députés ont influencé la crise actuelle et leurs collègues n’avaient pas pu résoudre le problème malgré leurs tentatives. En plus, pour la quasi-totalité des Maliens, les achats de conscience étaient quasiment généralisés lors des dernières élections législatives : comment, donc, identifier les « bons députés » (qui n’ont pas fait achat de conscience) des « mauvais députés ».

Quand on a pu reconduire certains pour leurs rôles et leurs influences, pensons aussi aux autres députés qui méritent d’être intégrés. Cherchons à les indemniser pour la rupture brutale de leur mandat mais ne créons pas d’injustice. Aucun député de la 6eme législature ne doit être intégré dans le CNT pour plus d’impartialité et d’équité.

Optons pour une transition apaisée et le rassemblement autour du CNT en évitant l’injustice « .

Quant à M.C, enseignant à la retraite :  » le CNT a été très mal constitué du point de vue de la démocratie ; les membres nommés ne sont pas ceux du peuple. En plus, l’Assemblée nationale déchue a plus de légitimité que ce CNT, puisqu’ils ont été élus. Si on intégrait les anciens députés cela allait donner plus de sens à la question de séparation de pouvoir. Quand on en a choisi certains au détriment des autres cela va nous créer un autre souci. Il fallait les oublier tous, que d’intégrer certains et laisser une bonne partie. Leur lutte est bien légitime ».

  1. Diallo, ouvrier de son état, pense que ce choix a été bien fait :  » Puisque l’Assemblée déchue a été la source originelle du coup d’Etat, tout le monde sait. Quand les élections ont été truquées partout et la mauvaise répartition des postes du bureau de l’Assemblée nationale, tous ceux-ci ont contribué à faire révolter le peuple contre le régime, donc, il faut les écarter tous. Ils étaient élus pour le régime, pas pour le peuple « .

Le Mali n’a plus besoin d’une autre crise politique, le CNT est déjà en danger avant même son baptême de feu puisqu’il y’a beaucoup qui évoquent son illégalité pour le non-respect de la charte de la transition relatif au mode de désignation des membres de la transition.

Il temps de régler de mettre fin à ces dissensions autour du CNT au risque de faire échouer cette transition et la refondation du pays tant attendue.

Tahirou Mallé (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 − 2 =