Politique

Cheick Oumar Sissoko après la prestation de serment du Colonel Assimi Goïta : « J’aurais voulu entendre zéro tolérance à la corruption et au détournement »

En marge de la cérémonie de prestation du nouveau Président de la transition, le colonel Assimi Goïta, le Coordinateur du Mouvement politique « Espoir Mali Koura » (EMK), Cheick Oumar Sissoko, a réagi sur le premier discours du nouvel homme fort du Mali, dont les maîtres sont la réduction de son train de vie et celui de l’Etat ; et l’allocation des 2/3 des fonds de souveraineté de la Présidence aux œuvres socioéconomiques et à l’accès à l’eau pour les zones éloignées.

Mais, apparemment, cet ancien compagnon de lutte du M5-RFP, dont il serait l’initiateur, devenu par la force des choses un partenaire privilégié de la junte militaire au pouvoir, semble resté sur sa faim. Et pour cause, il dit déplorer « l’absence de tolérance zéro » en matière de lutte contre la corruption dans la déclaration du nouveau Chef de l’Etat malien. En tout cas, Cheick Oumar Sissoko ne cesse de se poser plusieurs questions.

« La question que l’on est en droit de se poser est, est-ce qu’on va vers une transition de rupture ? », s’interroge-t-il ?

Il se demande également si cette nouvelle équipe de la transition va rompre avec les pratiques d’antan, « c’est-à-dire régler les questions relatives à la sécurité, la misère sociale, l’occupation de Kidal, l’organisation des élections pour restaurer l’autorité de l’Etat et de lutter contre la corruption comme le désire la majorité des maliens ».

Pour lui, le Mali a perdu d’importantes sommes d’argent qui ont été crapuleusement détournées, et dont la récupération grâce une politique diligente de lutte contre le détournement des deniers public va permettre au pays de rebondir face à l’inimitié de la communauté internationale.

« C’est ce que j’aurais voulu entendre. J’aurais voulu entendre tolérance zéro à la corruption et au détournement », a-t-il dit.  Et l’ancien ministre de la Culture de dénoncer que dans son discours, le colonel Assimi Goïta n’a mentionné que la caisse noire du Chef de l’Etat.

« Il n’y a pas qu’une seule caisse noire, il y a plusieurs autres. Il a dit réduire le train de vie de l’Etat. Il aurait pu dire qu’est-ce qu’il faut en faire ? », s’offusque le coordinateur du Mouvement EMK qui exige la récupération de tous les deniers publics détournés.

Seydou Diarra

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
5 − 3 =