Actualités Politique

Brouille diplomatique entre le Mali et le Niger : Mohamed Bazoum tente de calmer la situation

Dans une interview accordée à des journalistes de son pays, le président nigérien, Mohamed Bazoum a tenté d’apaiser la situation avec le Mali dont le gouvernement avait vivement protesté contre ses propos tenus le vendredi dernier à Paris sur la prise de pouvoir par des militaires maliens.

Interrogé le lundi 12 juillet 2021 par des journalistes nigériens lors d’une interview, Mohamed Bazoum a exprimé son amitié au Mali.

« Si je me suis permis de faire une relation de cause à effet je l’ai fait avec la conscience, qui est la mienne, d’être un grand d’ami du Mali…… Le jour où Gislaine Dupont a été enlevée et tuée à Kidal, j’ai fait une déclaration pour critiquer la politique française menée par Serval en disant qu’elle n’avait pas tout à fait accompli son travail. Quand je porte un jugement sur ce qui se passe au Mali, je le porte indépendamment des individus, je le porte au nom de mes convictions, d’abord et au nom de la fraternité, de l’amitié, de l’affection que j’ai pour le Mali. Je veux que le Mali sorte des difficultés dans lesquelles il est aujourd’hui. J’étais prêt à les aider, je l’ai fait. Je suis le même, je n’ai pas changé vis-à-vis du Mali et je ne changerai pas vis-à-vis du Mali. J’ai défendu le Mali et je le défendrai encore indépendamment de savoir qui est au pouvoir et comment il a fait pour être au pouvoir et c’est ça, qui doit être retenu parce que le Mali est un pays voisin », a-t-il déclaré.

Après cette interview de Mohamed Bazoum, la brouille diplomatique sera certainement oubliée, car le Mali et le Niger ont plus que jamais besoin l’un de l’autre dans la lutte conte des djihadistes, qui continuent de tuer des civils et des militaires dans les pays du sahel.

Pour rappel, le président nigérien, Mohamed Bazoum, avait tenu des propos sur la prise de pouvoir par les militaires au Mali. Lesquels ont irrité les autorités et les citoyens maliens :

« Il ne faut pas permettre que des militaires prennent le pouvoir parce qu’ils ont des déboires sur le front où ils devraient être et que des colonels deviennent des ministres et des Chefs d’Etat. Qui va faire la guerre à leur place ? Ça serait facile qu’à chaque fois qu’une armée, dans nos pays, a des échecs sur le terrain, elle vienne prendre le pouvoir. C’est ce qui s’est passé par deux fois au Mali : en 2012, les militaires avaient échoué, ils sont venus faire un coup d’État. Cette année encore en 2020, ils ont fait la même chose. Ce n’est pas des choses acceptables », avait déclaré, Mohamed Bazoum au cours d’une conférence de presse avec le président français, Emmanuel Macron, le vendredi à Paris.

La réaction du gouvernement malien ne s’était pas fait attendre. Et le même jour, l’ambassadeur du Niger au Mali a été convoqué par le ministre des Affaires étrangères, en guise de vive protestation de Bamako auprès du gouvernement du Niger.

  1. Diamouténé 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 × 7 =