Education Société

BRAS DE FER GOUVERNEMENT-SYNERGIE DES SYNDICATS DE L’ÉDUCATION Les femmes promotrices d’écoles privées souhaitent prendre part aux négociations

Dans un communiqué rendu public, hier mercredi 11 août 2021, le Regroupement des femmes promotrices d’écoles privées, soucieuses du devenir des enfants du pays, appelle à s’impliquer dans le déroulement des examens de fin d’année ; et réitère leur neutralité dans les négociations entre le gouvernement et la Synergie des syndicats de l’Education signataire du 15 octobre 2016.

« Nous souhaitons par ailleurs prendre part aux négociations si possibles afin d’apaiser et apporter notre pierre à l’édifice pour atténuer les tensions existantes entre les deux parties », souhaitent les femmes promotrices d’écoles privées.

Et de poursuivre : « L’avenir de nos enfants étant notre principale priorité, nous osons espérer que chacune des parties consentira des efforts afin qu’on sorte définitivement de cette situation qui est aussi pénalisante pour les enfants que pour leurs parents ».

Pour rappel, la Synergie des syndicats de l’Education signataires du 15 octobre 2016 a entamé depuis le lundi 9 août dernier, une désobéissance civile de 12 jours, période qui correspond aux dates de la tenue des examens des Brevets de technicien (BT) 1ère et 2è parties.

Des écoles publiques et Centres d’animation pédagogique (CAP) de Bamako ont été fermés par les syndicats concernés à cette occasion.

Les enseignants grévistes exigent du gouvernement « l’application immédiate de l’article 39 de la loi portant statut particulier de l’enseignant ». « C’est l’application de l’article ou rien », précisent-ils.

  1. Daou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
7 × 3 =