Education

Blocage des notes de classe des candidats au DEF par les directeurs d’école Les Directeurs d’Académie sollicitent l’implication des collectivités territoriales

Décidément, la crise scolaire continue de s’amplifier entre le gouvernement et les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016. Et pour cause, ces derniers ont décidé, cette fois-ci, de bloquer les notes du premier trimestre des candidats au DEF, indispensable dans le processus d’évaluation.

Par conséquent, les Directeurs d’Académie d’enseignement (DAE) sollicitent l’implication des collectivités territoriales auprès des directeurs d’école, afin d’obtenir ces notes.

En effet, depuis l’annonce de l’uniformisation de la grille salariale des agents de l’Etat, issue d’un accord entre l’UNTM et le gouvernement, les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 continuent de durcir leur position.

Dans la foulée, les enseignants avaient décrété 288 heures, soit 12 jours de grèves en guise de protestation contre cette unification, qui selon eux, constitue une violation de l’article 39 de leur statut personnel.

En plus de la grève, les enseignants frondeurs ont aussi boycotté les épreuves anticipées et les examens de fin d’année.

Malgré ces activités de contestation, le gouvernement a tenu à respecter les calendriers des examens, sans la majeure partie des grévistes.

Il faut rappeler également que l’une des redoutables armes de contestation des enseignants grévistes reste la rétention des notes après l’échec de la désobéissance civile qu’ils avaient amorcé.

Ainsi, à présent, ils n’ont pas communiqué les notes du premier trimestre des classes de 9ème année qui constituent un support dans le déroulement de l’évaluation, aux Académies.

Face à cette rétention des moyennes du premier trimestre, les Directeurs d’académie d’enseignement sollicitent l’implication des collectivités territoriales, auprès des directeurs d’école relevant de leurs circonscriptions respectives.

Le motif évoqué par les DAE est que les enseignants n’étaient pas en grève sur la période indiquée. Ainsi, ils appellent au sens de la responsabilité des concernés, afin de ne pas prendre en otage l’avenir des innocents enfants.

Balla Soumaïla Traoré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Résoudre : *
28 − 13 =