Politique

Bah N’Daw, président de la transition « Je ne peux pas promettre zéro corruption mais je ferai tout pour que l’impunité zéro soit la norme »

Dans son premier discours en tant que président de la transition, Bah N’Daw a promis qu’il fera en sorte que l’argent public soit dépensé, de manière traçable et raisonnable avec tous les sacrifices que cela comporte, en termes de mesures systémiques et de répression des crimes et délits économiques. De plus, tous les dossiers d’enquêtes réalisées par les structures de vérifications seront transférés au juge, a-t-il indiqué.

Le président de la transition, Bah N’Daw et son vice-président, le colonel Assimi Goïta, ont prêté serment, le vendredi dernier au Centre internationale de conférences de Bamako (CICB), devant les membres de la Cour suprême. C’était en présence du président de la Guinée Bissau, Umaro Sissoco Embalo ; le médiateur de la Cédéao, l’ancien président du Nigéria, Good Luck Jonathan, et le corps diplomatique résident au Mali.

Installé pour une durée de 18 mois, le nouveau président a prononcé un discours rassurant promettant de mener une lutte implacable contre la délinquance financière. Selon lui, la bonne gestion de nos ressources, de nos maigres ressources est, en effet, une obligation. « Ce sera là un chantier de la transition. Il sera quotidien. Il sera renforcé et ne sera pas négligé un seul instant », a-t-il indiqué.

Pour le président de la transition, générer des ressources optimales au niveau national n’est pas un luxe. C’est une exigence et celle-ci passe par l’utilisation judicieuse de nos maigres deniers.

« Cependant, les moyens de l’armée iront désormais totalement à l’armée et seulement à l’armée. Chaque centime investi pour la défense et la sécurité de ce pays sera surveillé et évalué, tant que je présiderai aux destinées de la Transition. J’en prends ici le serment », a promis Bah N’Daw.

Pour lui, l’argent public est sacré et que désormais les dépenses se feront dans les normes. « Je ne peux pas promettre zéro corruption mais je ferai tout pour que l’impunité zéro soit la norme. L’argent public est sacré et je ferai en sorte qu’il soit dépensé, de manière traçable et raisonnable. Avec tous les sacrifices que cela comporte, en termes de mesures systémiques et de répression des crimes et délits économiques », a déclaré le président N’Daw.

Comme si cela ne suffit pas, le président de la transition a déclaré la guerre aux délinquants financiers. « Tous les dossiers d’enquêtes réalisées par nos structures de vérifications seront transférés au juge, au besoin. Il m’appartiendra de garantir à la justice les moyens de diligenter leur traitement ».

Le président de la transition a aussi annoncé qu’un comité chargé de la mise en œuvre des importantes recommandations du dialogue national inclusif sera mis en place dans les semaines à venir.

Il a également rassuré les partenaires que la transition qui s’ouvre ne remettra en cause aucun engagement international du Mali ni les accords signés par le gouvernement. « L’Accord pour la Paix et la Réconciliation sera appliqué et ne sera révisé que d’accord partie. Il en va de l’honneur de la République. Et il est important de redire aujourd’hui en ce lieu et en ce moment, que le Mali c’est le Nord, c’est le Centre, c’est le Sud, c’est l’Ouest, c’est l’Est, c’est l’ensemble de ses régions, l’ensemble de ses terroirs, l’ensemble de ses cultures, sa diversité, toute sa diversité, son admirable diversité. Nous devons préserver notre pays à tous. Et c’est à chacun de nous de jouer sa partition », a conclu Bah N’Daw.

  1. Doumbia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 − 2 =