Politique Société

APRES SIX MOIS DE DETENTION A SEBENICORO : Bouba Kéita, le fils cadet d’IBK, recouvre la liberté

« Après avoir passé presque 6 mois (170 jours) séquestré chez moi, ma libération m’a été notifiée le 3 février 2021. Alhamdoulillah ! », se réjouit  le second garçon de l’ancien président de la République Ibrahim Boubacar Kéita sur Tweeter.

Assigné à résidence au lendemain du coup d’Etat du 18 août dernier qui a mis au régime de son père, Bouba Kéita était interdit de sortir du domicile familial sur ordre du président de l’ex-CNSP aujourd’hui vice-président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, dont l’intervention a été déterminante pour trouver un dénouement à cette affaire.

Bouba Kéita qui se plaignait de privation de liberté est parvenu à quitter Bamako le 9 février à bord d’un vol en destination d’Abidjan, où l’on indique que sa femme et ses enfants l’attendent. Il est resté tout ce temps en résidence surveillée sans faire l’objet d’une poursuite judiciaire, ce qui avait agacé ses proches et ses conseillers qui ont engagé une poursuite judiciaire contre X pour séquestration.

Selon d’autres presses, c’est une lettre signée du vice-président de la Transition, datée du 3 février,  qui aurait permis  au fils cadet de l’ancien de quitter le pays.

Dans cette missive, Bouba Kéita déclare être retenu contre son gré dans la résidence paternelle. Le colonel Assimi Goïta affirme avoir pris acte de ce que « le fils de l’ancien président IBK accepte de recouvrer toute sa liberté de mouvement à condition de ne pas tenir les autorités de Transition responsable de sa sécurité ».

Loin du Mali aujourd’hui, Bouba Kéita profite de sa liberté auprès de son épouse et de son grand frère Karim Kéita, qui, dès les premières heures du coup d’Etat du 18 août dernier, a quitté secrètement le Mali pour se réfugier à Abidjan. Contrairement à son frère qui s’est fait élire deux fois à l’Assemblée nationale sous le règne de son père, Bouba Kéita était moins visible sur la scène politique même si certaines sources soutiennent qu’il tirait les ficelles dans l’ombre.

  1. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 6 =