Population
Actualités Politique Société

APRES LE RENVERSEMENT DU REGIME D’IBK : Les doutes et les attentes de la population

Quelques jours après la démission du président de la République, Ibrahim Boubacar Keita et de son gouvernement par un coup de force des militaires, c’est un sentiment de soulagement général qui anime les Maliens.

Après le coup de force perpétré contre le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, le mardi dernier, plusieurs voix se sont levées pour saluer cet acte de bravoure du Comité national pour le Salut du Peuple (CNSP) qui « sauve le Mali d’un déluge ».

« L’Armée du Mali vient de nous enlever une grosse épine du pied. Elle doit démasquer tout ce monde de corrompus et les mettre hors circuit pour l’émergence du pays », indique un habitant de Niamakoro.

« Que Dieu préserve la concorde entre les fils du pays  et qu’il nous donne enfin des dirigeants qui ont l’amour du Mali et qui seront sensibles aux cris de cœur du peuple », affirme Amadou Diawara, habitant à Missabougou.

Ousmane Dembélé invite la junte à réunir toutes les forces pour sortir le Mali de la crise qui secoue notre pays. « Je doute que les mutins puissent sauver cette crise. Je pense que lors de cette transition, il faut bien préparer les élections. On ne doit pas permettre à n’importe qui de venir cette fois-ci aux commandes.  Cette junte doit faire tout son possible pour reprendre les zones qui sont entre les mains des groupes terroristes. Les responsables de la junte militaire doivent mobilisés les autres corporations pour une union sacrée des FAMa et des Forces de sécurité pour faire face à l’essentiel. Même si le pays vient d’être plongé dans une autre crise, nous devons restés soudés derrière cette junte », propose Ousmane Dembélé.

Par contre, d’autres témoignages font état de leurs craintes pour l’avenir et invitent à la prudence.

« Nous devons gérer cette transition avec prudence.  Il faut que la junte militaire fasse attention. Les Maliens ignorent actuellement quelle sera la durée de vie du gouvernement de la junte, de même qu’ils ne savent rien de ses réelles intentions et certains évoquent déjà la « soif du pouvoir » des militaires et des leaders de l’opposition qui pourraient être appelés à collaborer avec le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), invite un citoyen sous anonymat.

En tout cas beaucoup reste à faire, la communauté internationale s’est déjà mobilisée pour condamner le coup de force militaire. Elle exige le rétablissement immédiat de l’ordre constitutionnel. Au moment où l’AMDH, à travers un communiqué, condamne le coup d’État militaire « contraire à notre Constitution ».

A.D.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 15 =