IBK
Politique Société

100 Jours après IBK : Que pensent les Maliens de la gestion du pays

100 jours après le départ de l’ancien président de la République IBK du pouvoir, les Maliens ne font pas l’unanimité sur la gestion du pays.

Cela fait 100 jours que le président déchu Ibrahim Boubacar Keita a quitté le pouvoir suite à un coup de force, précédé d’une forte pression de la rue. A l’époque, on reprochait à son régime de rester impuissant face à l’insécurité grandissante, à la corruption et au problème du Nord. Malgré son départ, la population reste divisée sur la question de la gestion du pays.

Vieux Diarra, mécanicien de son état, pense que rien n’a changé depuis le départ d’IBK. « Les autorités de la transition ne montrent pas de signe de changement au peuple malien, on croyait que les choses allaient bouger avec le départ d’IBK, mais apparemment rien n’a changé, c’est comme si IBK est toujours au pouvoir », regrette-t-il.

Oumou Danté, le départ d’IBK  a été un échec. « On ne voit pas de changement avec cette transition, les Maliens ont combattu IBK pour des raisons d’insécurité et le problème du Nord,  jusqu’à présent on ne voit pas d’amélioration sur ces points évoqués, au contraire ça s’empire chaque jour. Si on savait, IBK allait rester au pouvoir ».

Selon Mary Coulibaly, un boutiquier, la gestion du pays va à vau- l’eau. « Il n’y a pas de base solide montrant aux Malien qu’il peut y avoir du changement, ils ont écarté tout le monde pour faire venir les militaires au pouvoir que ça soit dans le gouvernement, au Conseil national de la transition et les gouverneurs des régions. Nous vivions une gestion du pays à l’envers ».

Par contre, d’autres prennent du temps pour faire une analyse objective sur la gestion du pays. «  On ne peut pas juger la gestion d’un pays après 100 jours, on doit accorder du temps aux autorités de la transition. On espère qu’ils vont donner un nouveau visage au pays pendant cette transition », espère Bakary Traoré, un enseignant. Cette idée est partagée par Maïmouna Diakité, une vendeuse qui dira qu’on ne peut rien reprocher à ce gouvernement sur la gestion du pays à moins qu’on accorde plus de temps pour faire une analyse objective.

Moctar Koné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
39 ⁄ 13 =