Tripatouillage électoral à Goundam : Un conflit post-électoral en gestation

Image d'illustration

 Les élections législatives du dimanche dernier dans le cercle de Goudam ont été marquées  par un tripatouillage électoral  sans précédent, selon la section RPM.  Il nous revient que le préfet a  pris en compte des résultats de la commune de Tin-Aïcha  alors que les   résultats ont été arrachés aux agents électoraux, soir du 19 avril, par des individus armés, puis ramenés bourrés.

Notre interlocuteur rapporte que tout aurait commencé dans  la soirée du 19 Avril lorsque des individus armés ont arraché les PV à l’équipe électorale de la commune pendant que celle-ci rentrait à Goundam. Informées, les autorités ont mobilisé l’ensemble des forces de sécurité du  cercle et l’administration  pour les retrouvailles  des résultats de la commune de  Tin-Aïcha disparus.

C’est ainsi que les recherches  ont abouti à la localisation du  véhicule des auteurs de ce forfait  qui, selon notre source,  roulent pour un des camps adverses.  Pire,  dit-il, 48 heures après cette disparition forcée des PV, des délégués de l’URD débarquent à la préfecture avec les mêmes documents détournés dont le contenu a été  tripatouillés par les bandits à l’origine de l’enlèvement.

 Le camp RPM  reproche aux des membres de l’URD au sein de la commission dirigée par le préfet d’avoir mis la pression  pour que ces résultats soient pris en compte.  « Le préfet Konaté censé prendre la décision de clore cette incroyable mascarade en cours, depuis hier, a finalement trouver le moyen de céder et d’accepter ce bourrage », proteste notre interlocuteur.  Lequel rappelle que  la modification totale des résultats de Tonka  par le Maire de cette commune pour créer 16.999 voix pour l’URD contre 982 au RPM. Le parti indique qu’il existe suffisamment de raisons  pour annuler  ce qu’il qualifie de  fragrant hold-up de Tonka par la Cour Constitutionnelle en charge de dire le droit conformément aux instruments juridiques nationaux en vigueur sur les élections.   

Toujours évoquant le tripatouillage,  notre d’expliquer qu’à Issa-Bery, un autre commune fief du candidat Oumar Traoré du RPM,  le préfet et sa commission ont pathétiquement centralisé  les résultats 24 heures après la tenue des scrutins.  Ce retard aurait  permis d’attribuer 3000 voix pour l’URD contre zéro (0) pour le RPM. Notre informateur qu’a souhaité faire ces révélations dans l’anonymat estime que  «   c’est attristant et décevant de voir des images des individus derrière ce braquage de Issa Bery, félicités pour leur action à Issa Bery  et qui  les même images circulent sur les réseaux sociaux depuis hier ».

L’indignation des populations

Très en colère contre les auteurs de cette forfaitures, il ajoute que « les membres de l’URD qui les ont payé pour cette mission criminelle grâce à laquelle ils ont recueilli autant de voix contre zéro pour le RPM, se glorifient ouvertement du l’œuvre fameux braqueurs en publiant leur image ». Pour corroborer ses propos, il a fait parvenir des images urnes dans lesquelles on peut voir  des cartes d’électeurs, les bulletins de votes et les PV étalés par terre à divers endroit.   « Une chose est certaine, l’administration par son attitude dans ces élections risque de porter une grande part de responsabilité dans un potentiel conflit postélectoral à Goundam qui s’inscrira sans doute dans une perspective durable. En effet, au delà des chiffres, c’est souvent la dignité des personnes et même la communauté entière qui a parfois été marchandée à cause de l’attitude des représentants de L’État », a-t-il prévenu. Ajoutant qu’il est impératif pour des représentants de l’État de savoir s’arrêter et faire l’effort d’un peu de justice et d’équité.   « Des résultats de trois communes des cercles (Tonka, Issa Bery et Tin-Aïcha), sans compter les bourrages extrêmes à Essakane ne peuvent pas être aussi facilement admis. C’est inacceptable ! », a-t-il conclu.

Y.D.

A propos de Maliki 814 Articles
Maliki Diallo est Journaliste reporter d'images à Renouveau TV, journaliste à l'Indicateur du Renouveau. Né le 16 juin 1990 à Zanzoni dans le cercle de Koutiala, il est détenteur une maitrise en aménagement du territoire obtenue à la Faculté d'histoire et géographie de l'Université des sciences sociales et de la gestion de Bamako. Passionné du journalisme, Maliki, avec le soutien financier de son employeur Dramane Aliou Koné, s'est inscrit à l'Ecole supérieure de journalisme Lille où il a décroché une licence professionnelle en journalisme multimédia en 2018.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*