Remous autour de la distribution de vivres : Le maire de Sangarébougou montre pattes blanches

maire de sangarebougou

Accusé de clanisme dans la distribution des vivres offerts par le président de la République pour soutenir les plus nécessiteux en cette période de Covid-19, le maire de Sangarébougou dévoile la stratégie de distribution de la mairie et dénonce un jeu politique du commanditaire de cette manifestation.

Des populations de la Commune rurale de Sangarébougou, sous la conduite de Moriba Tounkara, un conseiller à la mairie, dénoncent le « clanisme dans la distribution gratuite des vivres aux plus nécessiteux de la commune ». « Un mensonge » que le maire Kassim Sidibé refuse d’assumer.

Il a accepté de faire le point de la situation sur cette aide présidentielle lors d’une rencontre avec des journalistes. « La Commune rurale de Sangarébougou a reçu 116 tonnes de riz et 40 tonnes de céréale transformées pour une population de 70 000 habitants répartis entre 15 000 ménages », précise-t-il.

Aussi, compte tenu de la complexité de la distribution de la quantité reçue un comité de réception et de distribution, a été mis en place par la mairie. « Conformément aux recommandations des plus hautes autorités, un comité de réception et de distribution des vivres a été créé par la mairie. Et compte tenu du statut rural de la commune, les trois villages de la commune ont été répartis en secteurs avec un ou des points focaux dans chaque secteur, pour une distribution plus transparente sous la supervision de l’élu le plus proche du secteur », informe-t-il.

Selon le maire, la répartition des vivres a été faite conformément à la liste fournie par les points focaux. Et c’est ces derniers qui venaient enlever le stock de leur secteur afin de procéder à la distribution. « J’ai informé tous les élus et fait passer l’information dans les mosquées. La répartition entre les ménages n’a pas été faite à la mairie contrairement à ce qu’on essaie de faire croire à l’opinion. Ce sont les points focaux, choisis parmi les personnalités de chaque secteur (chef de village, leaders religieux ou une personnalité respectée) qui ont enlevé le stock de leur secteur en fonction de la liste qu’ils nous ont fournie et fait la répartition entre les ménages en respectant les consignes de transparence exigées dans la distribution (nom, prénom, quantité reçu, numéro de la carte Nina ou de la carte d’identité et émargement) », détaille l’élu de l’URD.

A en croire le maire celui qui l’accuse de faire une mauvaise répartition des vivres destinés aux plus nécessiteux est dans une combine de dénigrement contre sa personne pour se faire une base politique dans la Commune. « Le conseiller Moriba Tounkara qui se plaint de la mauvaise gestion de ces vivre m’a envoyé dans un premier temps une liste de 1000 personnes que j’ai rejetée, ensuite une autre de 500, 150 et 100 personnes toutes rejetées. Il m’a ensuite demandé de lui confier la distribution des vivres, proposition que j’ai refusée. Il est dans ses combines politiques encore pour redorer son image. Sinon comment peut-on comprendre que sur les 29 conseillers, il soit le seul à se plaindre ? », s’interroge Kassim Sidibé.

Et d’ajouter que « le conseiller Moriba ne sachant comment se débarrasser des gens auxquels il a promis de donner les vivres, a organisé cette manifestation à la mairie ».

Joint par nos soins, le conseiller plaignant, Moriba Tounkara, maintient son accusation contre le maire. « Nous avons fait deux jours à la mairie de Sangarébougou par rapport à cette situation et les informations ont été données à la population par rapport à la mauvaise distribution des vivres. Le maire a fait sortir des vivres en donnant à ses militants de façon unilatérale », persiste le conseiller Tounkara.

Youssouf Coulibaly 

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*